jeudi, mars 03, 2005

Alexandre Adler, menteur par omission !


Ou ce journaliste est très mal informé, et il faut tout de suite lui réduire son salaire, ou alors c'est intentionnel et c'est encore plus grave. Ce matin 3 mars 2005 sur France culture, il nous annonce qu'Hugo Chavez, président du Venezuela vient de "dépasser une nouvelle frontière" en jetant en prisons ces principaux opposants politique dont Carlos Ortega, syndicaliste, et surtout Carlos Andrès Perez, ancien président du Vénézuela décris par Adler comme un "social démocrate".
Présenté ainsi c'est sur on se demande "Mais que font les Etats-Unis". Il ne s'embarrasse pas de nous préciser que ce dernier a été condamné en 1996 par la cour suprême de justice du Vénézuela pour malversation financière aggravée, et condamné à deux ans et demi de prison à une époque où Chavez n'était pas aux pouvoir. Cette peine n'a jamais été effectuée puisque ce fameux "social démocrate" a fuit le pays en 1993. Aujourd'hui un tribunal vénézuélien demande simplement la capture de celui qui affirmait encore en juin 2004 "Chavez doit être abattue comme un chien" afin de le poursuivre pour une petite histoire sans importance ; le meurtre par l'armée vénézuélienne de 300 personnes lors de la répressions de manifestations contre le régime en place en 1989. D'autres sources citent même le chiffre de 2000 personnes... Malgré les affirmations de monsieur Adler, aucun média ne fait part aujourd'hui de l'arrestation de cette charmante personne réfugiée en floride.

Quant au fameux syndicaliste, il n'a manifestement pas été extradé du Costa Rica, comme le précise notre chroniqueur préféré, mais arrêté au Vénézuela en possession de faux papiers. Carlos Ortega est accusé par la justice vénézuélienne d'être impliqué dans le sabotage d’installations pétrolières lors des grèves de 2002- 2003 dont le but était la destitution du président Chavez, démocratiquement élu par le peuple, il faut le rappeler. Sabotages qui ont coûté 14 millions de dollars à l'Etat. Quand on sait que José Bové, tête de turc favorite d'Alexandre Adler (c'est lui qui le dit), a effectué plusieurs mois de prisons pour le "démontage" d'un Mac Donald, on s'étonne de la mansuétude dont le pouvoir vénézuélien devrait aujourd'hui faire preuve vis à vis de Carlos Ortéga.
Cette fameuse "opposition politique" au pouvoir en place manque tout de même de savoir-vivre.

3 Comments:

At mai 28, 2006 9:30 PM, Anonymous Valier XX1 said...

Adler Alexandre(définition): content de lui. Se croyant fin, si représentatif de l'esprit français. Gros fat. Créature politico-médiatique anti-arabe, pro-américaine, sioniste fanatique. Toujours du coté du manche. Géopoliticien corrompu et subtilement raciste. Observateur partial. Courtisan servile. Dur au petit.Incontournable. Omniprésent. Pourquoi?

 
At janvier 29, 2007 1:08 PM, Anonymous Anonyme said...

je suis heureux de voir le gros alex demasque ...ni plus ni moins qu un foutu propagandiste ...paye par l oncle sam ? l idee n est pas si farfelue !

 
At décembre 07, 2007 4:40 PM, Anonymous Anonyme said...

Comme les musulmans, en tant que juif, Alexandre Adler ne mange pas de porc.
Normal, dans son cas cela serait du cannibalisme.
Les prises de position de M. Adler depuis le 11 septembre sont à la droite d'Hitler, de Milton Friedman et d'Ariel Sharon.
Je suis étonné que ce personnage (que j'admirai presque comme rédacteur en chef du Courrier International), qui se déclara "en guerre contre les musulmans" après le 11/9, et devenu sioniste hystérique, possède encore une tribune sur le service public.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home