dimanche, avril 16, 2006

Alain Gérard Slama , ou le courage face au n'importe quoi


D'hebdomadaire sa chronique des matins de France Q est devenue quotidienne suite à la réélection de Chirac en 2002. Si il y a bien un truc qui m'a pas fait rigoler dans le vote du 21 avril , parce qu'il faut quand même avouer que depuis 4 ans on se marre bien, c'est ça. Heureusement la plus part du temps je capte pas la moitié de ce qu'il raconte. Il ne respecte pas la ponctuation ! Ce type est incapable de lire un texte corectement. Les phrases s'emmellent et déjà que c'est tordu, si t'es pas bien rèveillé t'as aucune chance de pouvoir accéder au savoir et à la connaissance supême versus Slama.

Il devrait faire un blog ! Ca règlerai ses problèmes d'élocution et comme ça je pourrai prendre sa place et j'aurai plus à me faire chier avec l'orthographe et tout le monde sera content !

Seulement voilà, c'est pas demain la veille si j'ai bien compris sa chronique de vendredi matin. Et pourquoi ? Parce qu'Alain Gérard est un homme trop respectueux, trop responsable et surtout trop courageux pour créer son blog. Peut être aussi parce qu'il est payé pour imposer sa conneries aux auditeurs de la seule radio nationale à vocation culturelle alors que son blog ne lui rapporterait rien et ne serait lu par personne.

Les blogs étaient le sujet du jour dans les matins de France Q. Étaient invités l'illustre maître Eolas, Versac et machin. Le fait qu'Alain Gérard méprise profondément les blogs n'étonnera personne. Tout ce qui est un peu nouveaux ou moderne subissant systématiquement les foudres de cet adepte de la réforme à tout va, surtout celles qui emmerdent les salariés de base et les fonctionnaires évidemment.

On peux partager son avis, ça ne me dérange pas. Mais encore faut il pouvoir argumenter cet opinion. Ce qui pour Alain Gérard est aussi difficile que de prononcer le mot "communisme" sans vomir l'intégralité du contenu du sac à glaires qui lui sert d'estomac.

Mais suivons les sages précepte du maître Slama, ceinture noire de la déontologie journalistique et scarabée d'or du code de la civilité. Soyons professionnels ! Que de la vérité, de l'info vérifié, du concret ! J'ai retranscris les propos de la plus prestigieuse des gargouilles de la maison de la radio. Je sais, rien que pour ça je mérite la légion d'honneur, voir même une bonne bière fraîche. Maintenant, la question à se poser est :

Est ce que c'est intéressant ?

La réponse est non évidemment.

Je sais ce que tu es en train de penser ; Mais comment peut on perdre son temps à ce point ? En fait ça fait 4 ans qu'il me les brise le lascars, je vais finir par en rêver la nuit, parce que je ne supporte pas non plus Paoli ou Pierre Weil sur France inter et j'ai l'impression parfois d'être cerné. Faut dire que Slama il passe juste avant le journal de 8 heures donc si tu veux pas te faire surprendre tu allumes la radio un peu avant et "paf" le Slama te pète à la gueule ! C'est gluant, ça reste collé et ça arrache les poils quand tu cherches à t'en défaire.

Hier ça commençait comme ça :

Je ne voudrai pas minimiser l'intérêt des blogs dont les auteurs sont souvent des personnalités éminentes. Le blog est comme le compte d'auteur il vaut ce que vaut son signataire. (Alors là subtil. Donc un livre a compte d'auteur, si j'ai bien compris, vaut ce que vaut la personne qui l'écrit. Je n'y avait pas pensé. Si tu vaux rien pas la peine de faire un blog se sera nul ! Et les bouquins qui sont publiées par les grands éditeurs sortent donc de cette catégorie. Même si les auteurs sont nuls, leur bouquins par contre sont complètement géniaux.)Et comme il est ouvert à tous à égalité, on trouve l'équivalent des meilleurs articles de presse ou pourquoi pas des meilleurs romans et parfois même comme le disait un personnage de Musset je lui trouve beaucoup de génie beaucoup de talent et de la facilité. Alors le génie le talent on le trouve autour de cette table mais ce qui me gêne c'est la facilité. Alors facilité d'abord du n'importe quoi,et dieu sait si on se promène sur la toile le n'importe quoi est envahissant (c'est vrai qu'au niveau des médias traditionnels il n'y a pas de n'importe quoi, l'observation des couvertures de magazines d'un marchand de presse nous le prouve chaque jour) , mais là n'est pas le plus gênant.

Le gênant c'est trois dangers que les auteurs de blog connaissent mais dont ils ont parfois du mal à se garder.(Sacrebleu ! De la voie de la raison je m'écarte chaque jour, Oh Seinse Slama saura tu m'en garder ?)

Le premier c'est que le blog obéit à la loi du marché dans un champs culturel ou l'extrapolation de la notion de marché économique a la notion d'échange de jugements et d'idées est particulièrement dangereuse.(Ca y est ! Ca vient à peine de commencer et déjà j'ai les neurones qui s'emballent. Il devrait faire attention quand même. En plus il te sort ça à toute berzingue, t'as minimum besoin d'une heure pour piger keskiveu dire. Reprenons. Donc le blog obéit à la loi du marché. Mais il faut pas comprendre la loi du marché classique puisque nous parlons de blogs gratuits. Si je comprend bien il parle d'un marché d'échange d'idées et de jugements en lieu et place de biens et services. Si je suis son raisonnement il veut donc nous dire que la blogosphère est devenu un marché en soit puisqu'on n'y retrouve la "notion d'échange". Comme quoi j'échange des posts, c'est à dire des opinions, des points de vue, contre d'autres. Ce qui est tout de même assez étonnant comme concept. Il me semblait qu'un marché était à l'origine un lieu d'échange d'excédents. Un lieu ou se rencontre des gens qui ont un intérêt commun à échanger leurs excédents contre des biens ou services qu'ils ne produisent pas eux mêmes et dont ils ont besoin. Par la suite, des intermédiaires, les supermarchés leclerc, sont apparu pour acheter des trucs qu'ils n'ont pas besoin pour les refiler à d'autres pour beaucoup plus cher. Ah oui j'ai sauté l'étape ou on a inventé la monnaie. Et maintenant on a même des marchés uniquement financiers. Des mecs qu'ont du pognon le prête avec des intérêts à d'autres, qu'en ont pas et qu'en ont besoin. Ou se situe l'échange d'idées et de jugements dans ce schéma ? J'ai en fait un excédent d'idées ! Le matin je me réveille le cerveau encombré de jugement négatifs sur Alain Gérard Slama. Je suis en excédent ! Ma tête est prête à exploser ! Par contre il me manque des tas d'opinions sur d'autres sujets que j'ai pas 'idée de qu'est ce qu'il faut en penser ! Alors je me précipite sur mon pc et je passe un annonce : Échangerai connerie sur Alain Gérard Slama contre commentaires avisés sur l'efficacité des sévices corporels au niveau de l'éducation de jumelles incontrôlables. Alain Gérard va nous expliquer ce qui se passe alors.)
Le marché économique incline dans le sens des intérêts commerciaux. (Donc, l'analogie marché économique/marché culturel continue. Et oui ! Ca ne veux strictement rien dire. C'est très fort. Déjà le marché des fois il incline pas du tout dans le sens des intérêts commerciaux vu qu'il se casse même la gueule régulièrement. Mais encore faut il définir quels sont ces intérêts. Si on peux parler d'inclinaison il doit s'agir plus sûrement du mouvement des prix des biens et services en fonction du nombre d' acheteurs et de vendeurs. Des inclinaison vers les intérêts de l'un ou de l'autre vont avoir lieu. Ca je peux le comprendre. Disons que c'est pas très précis comme explication. ) Le marché culturel incline dans le sens d'une plus grande pente de l'opinion, variable à chaque instant. (Oui je sais. Va te dégourdir un peu les jambes, allume une clope et reviens plus tard. Donc là ça se précise. Le marché culturel incline, on a vu que ça veut rien dire, dans le sens d'"une plus grande pente de l'opinion". Qu'est ce que ça peux bien vouloir dire ?

Oh Grand Slama
Dans ta sagesse extrême,
Pourquoi m'a tu abandonné
Avec tes pensées blêmes

Le Slama est retord. Apparaît ici la notion de variabilité du cours des excédents d'opinions sur notre marché culturel. Cette pente est variable ! Qu'est ce qu'une pente variable ?)

Le blog est à bien des égards, la dictature de ce marché de l'instant, de l'éternel présent cher à machin truc(pas compris qui).(Attention , attention nous avons maintenant un "marché de "l'instant". C'est poétique non ? "Où tu vas ? - Au marché de l'instant, je vais échanger du temps perdu contre une botte de bons moments ! " Et moi avec mon blog j'impose mon diktat sur ce marché. C'est vrai, les idées des gens évoluent et moi je les force à penser d'une certaine manière en les prenant par surprise, à toute vitesse, ils ont pas le temps de réagir. Du coup ils avalent pleins de conneries au lieu d'attendre tranquillement les lumières du Chaman Slama sur France Q. C'est dégueu !)(...). Il est piquant de remarquer, je le signal au passage, que parmi les tenants les plus ardents du blog, figurent des militants du prix unique du livre,de l'exception culturel de la protection du droit d'auteurs.(Affirmation complètement gratuite qui ne repose sur rien. Il y a de tout sur le net. Donc le fait d'y trouver un tel ou un tel n'est la preuve de rien du tout. C'est aussi piquant que peux l'être un moustique pour le cul d'un rhinocéros. Selon lui la gratuité du blog n'est pas compatible avec la volonté de défendre le droit d'auteur. Ca reviens à dire que t'es contre l'économie de marché parce que tu refiles gratuitement ton vieux frigo au voisin d'en face.
Alors la deuxième tentation du blog c'est le relativisme. (Relativiser point tu ne feras, la porte de la sagesse devant toi s'ouvrira : saint Gérard verset 112 livre IV)l'information consiste en principe dans la recherche de la vérité. Dans l'univers de l'opinion des blogs toutes les vérités se valent. (l'usage de formules de ce genre est une tradition chez le slama, surtout les nuits de pleine lune, autour des points d'eau, pendant la saison des amours. Il donne au mâle l'occasion de briller dans la longue lutte acharnée qui le mènera vers la conquête de la femelle.)Si on est optimiste on peut considérer que le blog est un bel exemple de pluralisme, surtout une conquête du droit réel de communiquer sur la liberté formelle de s'exprimer à nous l'amener. Mais on constate chaque jour à quel point le blog ouvre la porte au phantasme, à l'information non vérifié, à la diffamation, à la calomnie.(reproches qui ne peuvent absolument pas être fait aux potes à Alain Gérard, informateurs professionnels, qui n'hésiteraient pas à se faire SEPUKU si il s'avérait qu'ils avaient relayé des informations fausses, non vérifiés, portant atteinte à l'honneur d'un tiers...)

Les bons blogs s'efforcent naturellement d'échapper à ses reproches. Il n'en va pas de même des commentaires qu'ils suscitent que leurs autorités semblent couvrir à la manière d'un courrier des lecteurs non filtrées alors le blog renoue ainsi, sans le vouloir, avec le climat d'irresponsabilité des début de la presse d'opinion. (En gros laisser les gens s'exprimer librement c'est du fascisme. C'est comme si on disait que la radio c'était dangereux parce qu'il y a Radio Courtoisie. Ah les courriers de lecteurs filtrés ! C'est comme l'immigration choisie, indispensable protection de notre belle démocratie.)
Troisième tentations ; c'est l'abaissement de la frontière entre l'espace public et privé (...), le mépris des codes de civilité, de la pudeur. (La c'est la grosse tarte à la crème philosophique. On dirai l'énoncé d'un sujet de rédac niveau 6 ème. Il semble bien que les seuls blogs que notre ami a visité sont ceux d'échangistes zoophiles exhibitionniste. Chacun son truc remarque...) La toile, on commence à s'en apercevoir, fait tomber ces barrières. Alors cette confusion d'un côté encourage le narcissisme du blogueur, il faut un sacré nombrilisme pour créer certains blogs, (C'est l'histoire d'un mec qui passe tout les jours à la radio, écrit chaque semaine dans le Figaro, sort un bouquin chaque années, participe à de nombreux débats télévisés et qui n'a toujours pas été atteint par le syndrome de la grosse tête. Son secret ? Il participe à d'obscures soirées gothiques ou tout le monde lui pisse dessus tour à tour.) et de l'autre elle réalise le rêve de big brother, qui est d'investir la personne dans sa totalité du matin au soir, de la rue au bureau, jusqu'à la chambre à coucher.(Retour à la notion de fascisme cher à Alain Gérard. Toutes pratiques, courants de pensée, traditions différentes des siennes sont forcément totalitaires. Il doit nous citer Big brother à peux près 252 fois par ans.)

Alors je suis désolé de paraître prêcher pour ma paroisse mais l'article de presse écrite, parlée ou télévisée , exige, du moins en principe,plus de responsabilité, plus de respect de l'autre et j'ajouterai même de courage.(C'est la deuxième fois qu'il utilise l'expression "en principe". Le problème c'est que si tu ne compares que les principes des trucs il n'y a plus de problème. Tout est parfait. Imagine par exemple un débat ou l'on confronterait les "principes" du libéralisme et les "principes" du communisme sans prendre en compte les effets de chacune de ces théories économiques sur les états qui ont appliqué les préceptes de l'une ou l'autre de ces théories et surtout sur l'impact qu'elles ont pu avoir sur les populations avec le recul que l'on a aujourd'hui. Se serait débile, ça n'aurait aucun intérêt. le gars Alain Gérard il compare des constatations qu'il a fait lui même chez un pote qui lui a montré un jour en 5 minutes qu'est que c'était un blog, avec les "principes" des médias "classiques". Mais uniquement les principes. Pas la situation réelle des pratiques journalistiques d'aujourd'hui. Quand il parle courage et de respect de l'autre je crois que l'on peux se faire une bonne idée de la valeur des prétentions morales d'Alain Gérard a travers le témoignage de Maître Eolas qui participait à l'émission ce jour là. Je te conseille d'ailleurs de lire l'intégralité de la chronique ici c'est super drôle.)

Alain Gérard Slama reprend ses propos sur le n'importe quoi des commentaires bourrés de diffamation et de haine, par rapport à la presse hiérarchisée et contrôlée préalablement… et alors que je réagis à ses propos, me fait signe qu'il doit partir, et quitte le studio. Magie de la radio : vous croyiez que j'avais cloué le bec à Monsieur Slama par ma réplique, en réalité, je parlais à son fauteuil.


Pas mal Hein ?!

A mon avis ce gars est trop pressé. Pour sa chronique c'est pareil. Écrite en 5 minutes dans l'ascenseur de la maison de la radio, la feuille en appui sur le dos de Desmorand, qui ne rechigne jamais à rendre service, surtout quand il s'agit d'adopter la position du cireur de pompe.

Par contre pour le courage ; rien à dire. Total respect. Il en faut une sacré dose pour proposer aux auditeurs de France Q un tel niveau de connerie.


La chronique de Slama en podcast

20 Comments:

At avril 16, 2006 3:37 PM, Anonymous Anonyme said...

Balèze. J'adore le passage du "c'est l'histoire d'un gars qui sort un livre par an...". Ceci dit, globalement, pour n'importe quel JT ou interview on voit que les "informations" ne sont qu'une addition de préjugés et d'erreurs. Récemment encore sur lemonde on voyait une dépêche disant qu'une compagnie allait diffuser gratuitement des épisodes de séries TV sur son site, en streaming seulement (et pas en téléchargement) car le streaming AUGMENTE LA QUALITE DE L'IMAGE. J'adore...

 
At avril 16, 2006 5:27 PM, Anonymous ann said...

Je reviens d'une ballade au bord du Blavet. Donc limonade, ordi, et là j'ai failli m'étrangler de rire et ma limonade aussi. Alain Gérard fait parfois de bonnes chroniques dans son style (avec deux idées toujours recyclées) mais bien trop souvent baclées et celle là c'était vraiment excellent de nullité.
merci pour la rigolade

 
At avril 16, 2006 11:23 PM, Anonymous ouroboros202 said...

Ouaah, c'est cool, balèze et Total respect. Il est pas vachement bien le Slama. C'est vachement bien par contre littéraire le blog alors que lui y sait pas parler sans dire des mots.
Bon, super ton blog. Mec. Je crois pas que j'y reviendrai mais t'as l'air d'avoir des spectateurs attitrés. Bravo. C'est cool cool. Continue, tu donnes une bonne image des blogs...

 
At avril 16, 2006 11:45 PM, Blogger brigetoun said...

j'en ai pleuré. J'adore entre autres détails (sans mésestimer le principe général) : l'échange des commentaires sur AS et des considérations sur d'éventuelles fessées, la pente à géométrie variable, les points d'eau et le narcissisme (passage peut être à censurer). Et l'orthographe m'a décomplexée

 
At avril 18, 2006 11:24 AM, Anonymous Olivier J said...

Je viens de lire votre billet, indiqué dans un commentaire sur le billet de Maître Eolas "Les dessous de France Culture", et j'ai beaucoup apprécié toutes vos remarques, jusqu'à éclater de rire avec l'histoire de l'ascenceur à la fin ! Bravo pour l'humour, vous pourriez (par exemple) tenir une chronique du genre à la radio.

Je vous signale juste qu'on ne dit pas "voir même", ce qui n'a pas de sens dans le contexte où vous l'utilisez, car premièrement, vous avez sans doute voulu dire "voirE même", et deuxièmement cette expression, malheureusement répandue de nos jours, est un pléonasme : on dit simplement "voire".

 
At avril 18, 2006 12:32 PM, Blogger Rom said...

Euh, au fait, de quel droit A.-G. Slama parle-t-il sur une chaîne publique ?

 
At avril 18, 2006 1:46 PM, Anonymous Cobab said...

Olivier : voici ce qu'en dit l'Office québecquois de la language française :

« De plus en plus de grammairiens reconnus se montrent tolérants envers l’expression pléonastique voire même, qui est très répandue dans la francophonie, tant à l’oral qu’à l’écrit. Cette tolérance s’appuie sur le sens premier du mot voire qui signifiait autrefois « vraiment, sans aucun doute ». Plusieurs grammairiens allèguent ainsi que le tour voire même ne serait pas pléonastique, mais plutôt archaïsant au sens de « et vraiment même » et qu’il constituerait ainsi un renforcement.


Il faut cependant savoir que l’expression voire même est encore critiquée dans bon nombre d’ouvrages; il convient donc de l’éviter, en particulier dans un texte soutenu. »

EL Ryu : tu derais ajouter à ton _disclaimer_ sur l'orthographe un pouint sur la grammaire. Sur le fond, change rien (ou bien juste la fréquence de ta radio ?)

 
At avril 18, 2006 1:52 PM, Anonymous Anonyme said...

"Le marché économique incline dans le sens des intérêts commerciaux."

C'est baleze, au strict point de vue scientifique. Ce type est un génie!

C'est pour ca qu'on comprend rien! Le "marché économique", déjà...
Il "incline", ce qu'est vachement risqué et très à double sens, je trouve...
Ben non, dans un seul "sens", celui des "intérêts commerciaux"...

C'était peut être l'inverse? "le marché commercial (...) des intérêts économiques"? C'est peut être ca le double sens?

Ooooh, putain, le mec est vraiment fort!

 
At avril 18, 2006 2:56 PM, Blogger el ryu said...

Ah j'ai même droit à des débats sur le bon usage de la langue française ! trop la classe le blog !

Je dis ça au cas ou t'aurais pas remarqué j'ai pas de correcteur pour la grammaire.
Je me suis dis que j'apprendrai mieux sans. Je sais ça prend du temps...

 
At avril 18, 2006 6:40 PM, Anonymous manu said...

Rah merci c'était trop bon.
Je viens juste de découvrir votre blog, et j'ai fait mon miel de la file d'attente au MacDo (même si votre explication éco ne me paraît pas nécessairement des plus rigoureuses), de Delors, et maintenant de Gérard Slama...moi j'ai arrêté, je préfère encore France Inter, c'est dire. Ou alors il faut zapper. Enfin bref, c'est dur. Comme dirait Le Pen, je reviendrai.

 
At avril 19, 2006 7:51 PM, Anonymous le Grümph said...

De toute façon, la seule chronique qui vaille est celle de France Musique à 8h50 le matin (juste avant que j'emmène ma fille à l'école). Non seulement, elle est souvent drôle mais en plus on y apprend des tas de choses. Pour les autres, j'ai passé la main l'année dernière à force de ne plus supporter d'entendre des conneries matraquées tous les matins sans que personne ne puisse y répondre.
On parle de l'immunité d'internet et des forums. Quid de celle des plumitifs radiophoniques ?

Ceci étant, j'imagine que ce bon monsieur parlait aussi de l'intérêt du blog de monsieur Copé ? Non ? Comme quoi, à tout malheur est bon.

 
At avril 21, 2006 1:55 PM, Anonymous Guinness said...

El Ryu,

Face à vos états d'âme Radio-franciens
(je sais, j'ai les mêmes, surtout P. Weil et dji-hème Sylvestre), il reste RFI, qui n'est pas si mal que ça (il faut juste faire gaffe aux annonces des heures en TU ou en temps parisiens :))

Guinness

 
At avril 21, 2006 5:47 PM, Anonymous Big Horno said...

merci el ryu, j'attendais que quelqu'un du coté d'Acrimed réagisse à cette mémorable matinée, avec Zaiki Laidi qui n'arretait pas de parler de son agence intellectuelle et de dauber sur les blogs, et notre fine équipe des matins qui montrait une fois de plus qu'elle allait bientot faire un sot dans la technologie et adopter trés prochainement la communication par réseau de signaux de fumées.

Le Slama, c'est le plus coriace de la bande, on a vraiment l'impression d'entendre un vieux c... qui parle avec une voix tellement chevrotante que ses coéquipiers font semblant de croire que c'est celle de la vénérable sagesse.

Le reproche est toujours le meme: l'information n'est pas sérieuse, ils ne savent pas de quoi ils parlent les bloggueurs... Un peu comme Adler, dont on peut démontrer qu'une chronique sur deux est soit de la mésinformation ou de la désinformation (cf adler et le "plamegate")- et la chasse au communistes. Cet ancien troskiste se prend pour MC Carthy. Il est vrai qu'on a vraiment l'impression qu'ils écrivent leur texte dans l'ascenceur, sauf adler qui restant chez lui, n'a pas a se déplacer trop (c'est plus écologique - le studio est d'ailleurs un moulin selon maitre eolas - voir sur son blogue son compte-rendu de la matinée).

Pour la question des commentaires, c'était à mourir de rire : en substance "il ne faut pas lire les blogues car il y a des commentaires " et c'est le meme qui te parle de démocratie et de constitution à longueur de chronique.

Non, les blogues franchement ça craint -il faut mieux faire comme Zaiki laidi et ouvrir son agence d'intelligence médiatique. Si on t'achete tes articles, c'est que tu es bon (dixit laidi). C'est le marché qui valide en somme.

Bon désolé j'ai été un peu long mais moi aussi, entre le Slama et Adler et les autres, il y a vraiment de quoi craquer.

J'ajoutes que si tu fais un sujet trendy (la montée de l'islamisme au long couteau, les barbus anti républicains) ils restent tous dans le salon pour y meler leur grain de sel. Mais quand on parle du SIDA, là c'est electroencéphalogramme plat - ils détalent comme si Ahmadinejad était entré dans les studio avec une bombe H sous le bras.

A vous cognac jay!

 
At avril 24, 2006 7:18 PM, Anonymous Marcel said...

Précisons tout de suite qu'en plus de nous casser les burnes tous les matins avec ses chroniques ampoulées à 2 balles, ce monsieur est personne qualifiée (!) siégeant au Conseil Economique et Social, en grande compagnie faut bien reconnaître, cette assemblée accueillant également Luc Ferry et Guillaume Sarkosy (mais comme dirait Bernard Hinault "faut pas tirer pas sur la voiture balai, on risque de flinguer tout nos portes bidons").

Par ailleurs monsieur A-GS est un grand humaniste, inconditionnel supporter de l'aventure coloniale, véritable "oeuvre civilisatrice", qui savait donner un idéal à notre belle jeunesse en même temps qu'une ouverture au monde à ces peuplades d'attardées.
Lire à ce propos le livre d' Olivier Le Cour Grandmaison "Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial", chez Fayard, qui rappelle opportunément quelques propos fleuris de monsieur A-GS sur le thème si fécond du débouché des valeurs de la mère patrie à l'exportation.

Nous sommes également en présence d'un reporter international hors pair, façon Tintin fait de la géopolitique de précision après l'éclatement des grands blocs : d'après lui, les Tutsis du Front de Patriotique Rwandais sont venus du Burundi voisin en 1994 pour mettre fin au génocide (chronique de mi avril 2006).
Mauvaise pioche ! c'est en Ouganda, au Nord du Rwanda donc à l'opposé du Burundi, qu'ils étaient en stand by depuis des lustres, chez le camarade Museveni, président sympathisant tutsi dudit Ouganda
Vu d'ici tu me diras, Ouganda ou Burundi c'est du kif, un pays de bamboulas reste un pays de bamboulas (anglophones qui plus est !) et comme par ailleurs la France est en train de perdre la prestigieuse aura acquise à force d'abnégation dans ses années de positive colonisation (cf. remarque précédente), ils auront pas volé l'obscurantisme dans lequel ils vont s'enfoncer comme des cafards en quittant le giron de la France éternelle et bienfaitrice.

Du coup rien ne m'empêche de penser que si monsieur A-GS se permet de dire une vraie connerie sur un sujet où j'ai quelques billes pour étalonner (j'étais justement au Burundi en avril 1994 où les mêmes causes ont produit des affrontements inter ethniques plus diffus que le génocide voisin mais qui affichent quand même 250 000 mort depuis cette période), y'a pas de raison que son fond de commerce médiatique se situe en dehors d'une stupéfiante capacité à énoncer à l'emporte pièce trois truc articulés à la fous moi le camp.
L'astuce étant d'emballer la marchandise avec le ton convaincu du type qui s'y connaît, adossé à son statut de boni-menteur de salon spécialiste en tout.

D'ou un message personnel à Monsieur A-GS : l'antenne où tu interviens c'est France Culture, pas France Nimportequoi ducon, alors prépares un peu tes papiers et si t'as rien à dire d'intéressant, tu peux le faire de chez toi, en silence.

A par ça, merci el ryu pour ce blog roboratif

 
At avril 25, 2006 1:41 PM, Anonymous ko said...

Sublime, je me suis tordue de rire et ça fait du bien.
Moi qui ait une tendance "Maître Capello", je te le dis, El Ryu : change rien, surtout !

 
At avril 26, 2006 4:25 PM, Anonymous Big Horno said...

J'oubliais d'ailleurs un point capital du CV d'Alain Gégé : il est bien sur, comme les 3/4 de l'équipe, prof à science po. Ca devrait te plaire el ryu!

 
At avril 29, 2006 1:01 PM, Blogger el ryu said...

Ah c'est pour ça je me disais aussi...

 
At juin 03, 2006 8:17 PM, Anonymous Valier said...

Ainsi Slama n'est pas, comme je le pensais jusqu'alors l'inventeur du slam. Ce slam qui à défaut d'être une énorme connerie-il faut toujours compter sur l'avenir pour nous révéler la véritable ampleur d'une connerie- n'en constitue pas moins une publicité gratuite grandement appréciée par les éditeurs de dictionnaires de rimes. Quoi qu'il en soit, merci El ryu de m'avoir évité de croupir plus longuement dans l'ignorance. Ce Slama donc, serait un parleur s'exprimant sur une radio nationale. Un soixante huitard, un ancien émule du boucher de cronstadt, le bolchevique Léon Trotsky. Slama ferait donc partie de ces grandes gueules qui n'ayant jamais rien fait de bon-c'est à dire rien- causent, causent dans le poste, les télés, les journaux. Causent tant et plus que leur creuse parole salariée a enfin cessé de faire illusion. C'est que sans doute ce Monsieur ferait partie d'une génération. Autrement dit d'une clique s'étant arrogée le droit de juger des affaires de ce monde moyennant finance,d'où la gratuité perçue comme une menace,d'où cette insupportable prétention du "nous on sait". Devrions nous nous montrer tolérant envers ces semi-vieillards sous prétexte qu'ils s'avouent quand nécessaire, incidemment, du bout des lèvres ou bruyamment, de gauche? Souvenons nous qu'une "génération",qu'elle soit issue de la résistance ou de mai68, c'est au minimum 50 ans d'imposture, d'ennui, de parole confisquée sous le déguisement de la liberté de parole.Planter son drapeau sur le cadavre des héros, telle est la devise des générations. Abolissons les générations puisque nous en avons les moyens... Jusqu'à la prochaine guerre.

Valier:un bras autour des plantes et les plantes sont heureuses.

 
At septembre 15, 2010 10:07 AM, Anonymous Anonyme said...

Slama ? Slama ? n'était ce pas ce chroniqueur mondain que quelques benêts prenaient pour un intellectuel dans les année 2000 ? Cet infatigable défenseur de l'ultra libéralisme qui va chercher sa paye dans les poches du milliardaire et marchand d'arme Dassaut vient d'en dire une bonne en ce matin du 15 septembre 2010 sur france culture "" pas bien de voter pour la gauche en 2012 parce que l'on va avoir les marchés financier contre nous "...tisane de tisane..

 
At novembre 10, 2010 10:51 AM, Anonymous Anonyme said...

Bonjour,

je lis des gens critiquant Slama sur son élocution, entre autres, qu'il devrait créer un blog, etc. Ceux-là même qui le critiquent devraient en premier lieu "s'écouter écrire": un tas de phrases avec un tas de fautes dues à des lacunes "incroyables"; vous devriez en 1ier lieu apprendre à parler correctement, écrire correctement, ensuite vous seriez plus crédibles...Les jeunes d'aujourd'hui=bande de "bras cassés" en ce qui concerne l'écriture et lecture.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home