lundi, mars 27, 2006

Le CPE à l'épreuve de la longueur des files d'attente chez Mac-Donalds


Tu connais l'indice Big-Mac ?

Ca a l'air d'une blague mais c'est très sérieux.

C'est quoi le produit le plus mondialement mondial ?

Et oui ! le Big-mac ! C'est la grande star de Mac-Donalds. Il fait partie de la catégorie des hamburgers à deux étages type double steak. Ceux que tu te claques la mâchoire pour croquer dedans. A la base de son succès une sauce bizarre avec de vrais morceaux de cornichons inside et beaucoup de salades.

Comparer le prix du Big-Mac dans différents pays permet de mesurer les écarts de niveaux de vie de manière plus parlante que le PIB et tout ces trucs avec des initiales barbares qu'on à l'air con quand les mecs ils te les sortent à la télé rien que pour t'embrouiller.

Et pourquoi celui là ?

Parce qu'il est fabriqué sur place (faut espérer en tout cas...). Son prix de vente donne une indication à la fois sur le coût de l'emploi, les coûts de productions et de revient des matières (Mac-do achète tout sur place) la productivité et le niveau de richesse. (Pour voir ce que ça donne)

Et attention, ça marche que d'un pays à l'autre évidemment. Pas la peine de chercher à savoir si le Big-mac est plus cher à Crouilly-sur-Ourqu qu'à Saint Paul de Léon. (Vaux mieux bien expliquer dès le départ).

Mais il y a un autre truc chez Mac-machin qui peux nous donner encore plus d'infos ; le temps d'attente aux caisses.

J'ai décidé de créer mon propre indice. L'indice de la queue de Mac-Do !

Y a pas de raison, je vois pas pourquoi moi, el ryu, pauvre merde , je ne créerais pas mon indice à moi tout seul qui ne manquera pas d'éclairer la lanterne de ceux qui cherchent à comprendre pourquoi on se fout de notre gueule grave de chez grave ma bonne dame.

Parce que voyez tu, Mac-Bidule, je connais. J'étais même un des plus éminent "crew member" du Mac-Zob d'Oxford street, à Londres, au début des années 90. Je sais, moi non plus, j'aurai jamais pensé qu'un jour je me vanterais de ça en publique mais il y en a qui font pire, ils bossent chez Areva !

Et ce que pourrait te dire même un mec qu'aurait juste séjourné un temps dans ce fabuleux pays qu'est le Royaume-Uni sans pour autant s'impliquer avec autant d'ardeur que votre bloggeur préféré dans l'assemblage de ces merveilleuses petites machines à cholestérol, c'est qu'en France, chez Mac-turlutte, t'es servi vachement moins vite.

C'est un truc de ouf !

Je te jure, a Londres, dans "mon" Mac-buzz, t'as 15 mecs devant toi qui font la queue, tu peux quand même espérer croquer ta première fritte molle dans les 5 minutes qui viennent. (si du moins c'est possible de croquer quelque chose de mou...)

T'imagines !

Je vois d'ici ta gueule (c'est une image, t'inquiète pas, ta web-cam est pas branchée) , à toi l'habitué de chez Mac-do en France qui lis ça. Non parce qu'en France c'est un délire. T'as juste un mec devant toi, le gars il prend que les trucs qui sont pas prêts, la serveuse elle va passer 15 fois devant son nez pour aller chercher tout les trucs qu'il faut pour sa commande, t'as l'impression qu'ils ont fait exprès de tout ranger dans les coins où que c'est le moins pratique, à chaque fois qu'elle passe, elle reviens lire la commande sur l'écran de la caisse parce qu'elle a oublié qu'est ce qu'elle était parti chercher tellement c'était loin, après elle met un temps fou à tout mettre dans le sac comme si il y avait de la nitro dans les boites et que ça allait lui pêter à la gueule, pour rendre la monnaie t'as l'impression qu'elle s'entraîne à compter en base 17, à la fin tu te barres avec ton sac, tu t'installes pour déjeuner et tu te rends compte qu'il n'y a pas la serviette, la touillette, la paille, les dose de sauces qui faut et tout et tout, faut que tu te relève, c'est une galère !!!

C'est simple Mac-délire, ça fait 15 ans que j'y met plus les pieds. (ma bouée c'est que des pot-au- feus, des blanquettes, des bières et de l'alcool). Moi je veux bien aller bouffer de la merde mais si il faut attendre 3 plombes pour être servi ça vaut pas le coup de se foutre la santé en l'air ! On dit Fast-Food parce que c'est vite fait, vite servi, vite mangé pas parce que c'est vite digéré comme certains semblent le penser !

Alors qu'est ce qui se passe en France ? Un journaliste ou un mec de l'UMP ils te répondront en coeur et en rythme la bouche en cul de poule :

"LES FRANCAIS SONT PARESSEUX
FOUTEZ LEUR UN CPE ! "


Et ils auront pas tord les castors ! Je ne suis pas en train de dévoiler mon vrai visage et révéler qu'en fait chuis un mec de droite qui écrit un faux blog de gauchiste marxiste léniniste dont le but serait de piéger les contre-révolutionnaires pour le compte des RG. Non, non, non c'est juste la triste réalité des choses. N'ayons pas peur d'être légèrement un peut précis.

Un restaurant Mac-Donald c'est une machine de guerre. L'objectif est simple : que le maximum de consommateurs se tapent le maximum de burgueurs, frittes et coca en un minimum de temps de quoi faire le maximum de pognon. Pour cela toute l'efficacité des techniques tayloristes les plus éprouvées sont mise au service d'une activité qui faisait chez nous partie, il n'y a pas si longtemps, du domaine de l'artisanat.

Sais tu combien de temps il faut pour faire un Big-mac ? Une minute et quarante cinq secondes. Je sais, ça manquait à ta culture générale. Avec l'équipement nécessaire un seul mec peut en faire six à la fois dans cette limite de temps. Si il est bon il peut arriver à en faire douze en moins de deux minutes.

T'as compris ? De un tu passes à douze pour seulement 15 secondes de plus. Entre ici en jeux des techniques d'organisations toutes simples qui demandent un peut de pratique et du matériel adéquat genre un grill à couvercle qui te cuit un hamburger des deux côtés en même temps. Terrible !!

Le travail se divise de la manière suivante :

  1. séparation des 6 pains prédécoupé en trois parties, positionnement sur la plaque de cuisson, mise en cuisson dans le toasteur : 10 s

  2. cuisson des pains : 30 s

  3. positionnement des 12 steak hachés sur le grill et fermeture du toasteur : 5 s

  4. cuisson des 12 steaks : 30 s

  5. Sortie des pains du toasteur : 5 s

  6. dressage de la sauce, de la salade, des deux rondelles de cornichons, des oignons, positionnement des pain devant le grill : 12 s

  7. ouverture automatique du grill, répartitions des steaks sur les toasts et assemblage final du Big-Mac : 10 s.

Rappelons que tout est prétranché. Il n'y a pas un seul couteaux dans une restaurant Mac-Donalds. Et c'est pas plus mal quand tu vois l'ambiance et la tronche des mecs. Je me souviens que même pour couper les tomates des salades on utilisait un couteau en plastique jetable.

La chose qu'on remarque, et que les managers de mac-do ont remarqué aussi, c'est les temps de cuissons. Qu'est tu fais pendant ce temps. Même si t'as les couilles qui grattent, au bout d'un moment tu vas te lasser et si t'es pas trop con tu va préparer les six Big-Mac suivants. Si tu enchaîne bien ils seront près 15 secondes plus tard. Pourtant t'auras beau enchaîner tu pourra pas vraiment en sortir 6 toutes les 15 secondes. Au bout d'un moment tu va te retrouver avec des steaks déjà cuits alors que t'as pas fini de dresser tes toasts. A ce niveau là il te faut un camarade crew-member pour t'aider. En pleine capacité, à trois gaillards, un qui s'occupe de l'activité numéro 1 , 2 et 5, un autre du numéro 6 et le dernier des numéros 3, 4 et 7, tu peux arriver à sortir six big-mac toutes les 15 secondes. Tout dépend ensuite de la disponibilité matérielle. Tout peut changer avec un troisième grill, un troisième toasteurs etc,etc.

Donc tu déboule avec 6 Big-Mac toutes les 15 secondes. Normal ton resto est pleins de blaireaux qui s'agglutinent comme des moules sur un rochers devant tes caisses enregistreuses. Un seul consommateur qui se barre parce qu'il attend trop longtemps et c'est une défaite pour l'établissement ! Le chef manager se suicide en plongeant sa tête dans les friteuses ! Ici rentre en action le maillon final entre production et consommation, le cashier !

Même technique que précédemment. Un(e) seul(e) caissier(e) peut prendre la commande de trois clients en même temps. Le mec il dit ce qu'il veux grailler, tu notes sur ta machine et tu donnes le prix. Pendant que le gars cherche sa monnaies ou son putain de billet de 10 qu'il était sur d'avoir mis là mais qu'est pas là et qui demande "c'est possible en carte ou alors en chèque ça peux le faire avec ma carte de donneur de sang comme pièce d'identité ? " tu passes au suivant de derrière en sauvegardant la première commande tout en la laissant ouverte, tu lui prends également sa commande, lui annonce le prix, réclames l'argent, pendant qu'il compte ses pièces jaunes tu gueules carrément sur celui du troisième rangs qui égrène ses désidératas en précisant qu'il veut pas de moutarde dans son cheese et qu' un extra de mayo dans son chicken filet serait le bienvenu, une fois finis et annoncé cette troisième facture tu reviens à ton premier client qui est justement en train de te tendre sa carte bleue et tu commence tes encaissements. Dès que le premier a finit de payer tu vois si tu peux encaisser le deuxième qui compte toujours ses pièces, si c'est pas le cas tu interpelles un nouveaux troisième client avec un sourire à faire bander un banc public. Et ainsi de suite comme on dit.

Et là, toi, qui est observateur comme une bouillotte tiède tu te dis mais c'est quand que je lui file la bouffe au mec ?

C'est là qu'entre en scène le "backer". A ne pas confondre avec le "baker", le boulanger. Vas pas dire après que tu as lu sur internet qu'il y a des boulangers chez mac do t'auras l'air con. Donc le "backer" comme son nom l'indique te back ou t'appuie si tu veux. Il est là justement pour lire dans ton dos la commande du consommateur et va courir, je dit bien courir, ça ressemble plus même à des sauts de cabri c'est très impressionnant, pour remplir le sac en papier dont il aura pris la peine de choisir la taille en fonction de l'importance de la commande. Un coup de coude à un autre backer qui essaye de prendre le dernier cheese dispo, un coup d'épaule au mec qui remplit pas assez vite les cornets de frites, deux ou trois enjambées plus tard et le sac du premier mec est prêt alors que rien n'est encore encaissé. Certain cashiers sont tellement speed qu'ils (elles) ont trois backers qui suivent derrière c'est un délire. Et des caisse comme ça y en a dix sur 15 mètres, je te dis pas le bordel.

Avec tout ça je t'assure que ça dépote ! 20 mètres de queue c'est pas un problème, la mécanique est parfaitement huilée.

Mais c'est là qu'un mec parfaitement constitué intellectuellement se dit : "Mais qu'est ce que c'est que cette bande de tarés !!" Et il aura raison.

En france ils ont jamais réussi a obtenir ça . Et il faut se poser la question de pourquoi ça se fait ?
Depuis l'arrivée de Mac-do en France, ( "AVANTAGEACQUISLAND"),on ne compte plus le nombres de conflits sociaux qui ont éclatés dans divers établissements. La grève la plus dure à eu lieu au mac do de Réaumur-sébasto à Paris (durée 1 an). Je passais tout les jours devant à une époque, j'en revenais pas. Autant te dire qu'un truc pareil en Angleterre ça parait impensable. Encore que faut voir c'est peut être arrivé.

Pour te décrire la mentalité jusqu'au bout, je me souviens que le produit pour faire les ice-creams était conditionné dans des outres en plastique de 20 litres. On versait le liquide dans la machine et on devait garder les sacs dans un coin. Le soir on coupait les outres en deux pour récupérer l'équivalent d'un ou deux gobelets de liquide. On arrivait jamsi à bien les vider par l'ouveture prévue. Le mec qui avait instauré ça avait fait gagner des milliards à mac do chaque année. C'était une compétition permanente de la part de chaque responsable de restaurant pour grappiller des points de compétitivité par rapport aux autres, et pour empocher les primes.

Et là rentre en jeux la gestion du personnel. Le manager a sans cesse l'oeil rivé sur deux choses :

  1. Le nombre de clients devant les caisses

  2. le nombre d'employé aux travail dans le restaurant.

Si l'adéquation entre ces deux éléments n'ai pas bonne tu perds de l'argent. Si il y a trop de salariés par rapport aux nombres de clients et donc par rapport au chiffre d'affaire potentiel tu dois réduire ta masse salariale. Mais il est pas question de faire un plan de licenciement juste pour une heure ou deux évidemment. Alors tu prend un ou deux mecs qui trainent par là si tu penses pouvoir te passer d'eux et tu leur imposes de prendre leur pose déjeuner qui, évidemment tu l'auras compris, n'est pas payé. Si il n'y a vraiment personne et que t'as déjà envoyé tout le monde en pause tu commence à les renvoyer chez eux. Dès fois t'as fait une heure de transport pour venir bosser, tu bosses trois heures, glande une demi heure aux milieu, et rentres chez toi ensuite. T'es content, t'as à peine gagné de quoi payer ton transport.

Ce qu'il faut voir c'est que les mac do en Angleterre sont surchargés en personnels. certains n'y travaille qu'une demi journée par semaine pour compléter un autre salaire qu'ils gagnent ailleurs, d'autres vont faire entre 25 et 35 heures par semaine si ils sont bien vu; Évidemment en période de forte activité comme les périodes de soldes ou de fêtes, un salarié peut travailler jusqu'à 15 heures d'affilée dans la journée. Pour faire face à ces peaks d'activité le restaurant a besoin d'avoir en temps "normal" une certain nombre de salariés susceptible de pouvoir travailler le double en cas de besoin. Il faut donc des salariés disponibles et mieux vaut répartir les horaires sur la maximum de personnes. Ainsi quand on a besoin de lui, le salarié est super content de pouvoir faire pleins d'heures, pour ratraper toutes ces semaines ou il travaillait à temps très partiel. C'est un peux comme si il était accro. Il sait que chez Mac-Do y a du boulot si tu ferme ta gueule t'as de bons horaires, si tu te rebelle un peux, on te fera travailler 15 heures par semaine. C'est d'ailleurs ce qui se passe pour tout le monde après les périodes des fêtes ou le restaurant avait fait le plein de personnel avec de gros horaires pour tout le monde. Quand l'activité retombe tu donnes 15 heures à chacun et tu attend patiemment que ceux qui ont le plus besoin de tunes, ou qui ont un autre boulot, aille voir ailleurs.

Après tu comprend le coup des 6 big-macs toutes les 15 secondes. S'agit pas de se faire remarquer. Les plus rapides seront les plus rentables pour le restaurant. Les salariés sont chronométrés et notés. Les meilleurs travailleront le plus.

Et je te passe les détails sur des trucs encore plus sympa genre la ségrégation raciale. Le jour où j'ai été embauché on était 21. 19 noirs, un pakistanais, un allemand et moi qui ne parlait pas anglais. Ils avaient besoins de trois personnes. Ils ont pris l'allemand, le pakistanais et moi. C'était rigolo en cuisine j'étais le seul blanc. Mais ça c'est parce que j'étais le plus rapide au Big-Mac. (I'm ze best !) Normalement ils essayent de mettre tout les blancs au contact du public. La moitié du staff c'étais des noirs et l'autre moitié des algériens qui se faisait tous passer pour des Français parce qu'ils n'avait pas le droit de travailler dans la CEE. Tu voyais des mecs qui avait tous des têtes à s'appeler karhim ou salim et qui portait des badges avec écrit "Eric", "François" ou "Pascal". J'étais mort de rire. Le seul qui portait son vrai nom Arabe c'était un Français d'origine algérienne. On se marrait bien. tout les trucs était bon pour se planquer dans la journée pour pas se faire virer à cause du manque de clients.

On fait pas marcher des salariés dans une combine aussi minable sans un gros moyen de pression. La flexibilité. Avec un syndicat et des droits du travail corrects tout ça c'est impossible. Et les Elie Cohen et autres grosses têtes peuvent dire ce qu'ils veulent, c'est pas seulement quelques patrons atypique qui vont abuser du CPE comme des petits canards noir. Là je t'ai parlé d'une grosse multinationale qui a pignon sur rue.C'est Carrefour aussi qui espionne ses salariés. Le phantasme du petit patron indélicat dans un ensemble de patrons ayant une éthique et respectueux du droit en général est un phantasme d'économiste qui prend ses désirs pour la réalité. Le patron rationel à la recherche de son intérêt ira toujours jusqu'à la limite de ce que lui permet le droit.

Les queues chez Mac-Do sont les plus longue dans les pays ou le droit du travail est le plus favorable au salarié. Soyons fièr qu'en france des trucs fonctionnent peut être moins bien qu'ailleurs. Qu'est ce qu'on en a a foutre de toute façon ? On va allez jusqu'où dans la recherche éperdue de la plus grosse productivité possible, et pour faire quoi. Faire bouffer de la merde qui rend obèse jusqu'à ce que le mec il explose ?! Surtout que les Anglais ils sont nul en terme de productivité, justement piégés par ces facilités. La flexibilité c'est bien pour les boulots les moins qualifiés mais pour le reste... permettre à des tas de boites de pouvoir encore affiner leur gestion en matière de personnel et faire plus de pognon. Mais est ce qu'on a besoin d'être servi si vite que ça chez mac-do ? Parce que c'est ça le truc débile.

Comment avoir un salarié toujours motivé avec un smic ?
Comment faire faire au gens un boulot de merde dans lequel ils vont s'impliquer à fond ?
Comment se faire respecter de salariés que tu ne respecte pas ?

Le CPE répond à toutes ces questions.


...

49 Comments:

At mars 30, 2006 2:21 AM, Anonymous TristanC said...

Merci beaucoup pour ce témoignage !

 
At mars 30, 2006 4:12 AM, Anonymous stanislas said...

ce que j'aime bien avec toi, c'est que tu pars toujours du vécu. J'ai découvert ton site grace à un lien qui pointait sur ton article sur les porte-avions, et déjà c'était génial. Tu gères super bien le mélange témoignage/analyse, avec une bonne dose d'humour pour faire passer le tout, c'est infiniement plus digeste qu'un big mac. (enfin si j'en crois la rumeur, parce que moi, je n'ai jamais foutu les pieds dans un mac-do)Et surtout n'écoute pas les feignants ou les trop pressés qui voudraient que tu racourcisse tes messages, plus c'est long, plus c'est bon!

 
At mars 30, 2006 10:03 AM, Blogger Documenteuse said...

Excellent! (le post, pas le burger)

 
At mars 30, 2006 10:57 AM, Anonymous Anonyme said...

El Ryu t'es le meilleur!

Comment arrive-tu après à supporter l'ecoute de France-Inter et la lecture de certains blog sociaux-radicaux?
Ca me troue le cul!

 
At mars 30, 2006 11:06 AM, Blogger sol said...

Je me suis trop marré.
Merci, el ryu, pour ce joyeux moment passé en ta compagnie.

 
At mars 30, 2006 11:07 AM, Anonymous Anonyme said...

Formidable,
Pas client Mac Do pour deux ronds, chef d'entreprise atypique, je salue ta brillante analyse. Style vigoureux, argumentation sans faille. Cela mériterait d'être enseigné, aux trous d'balles des écoles de commerce.
Bravo

 
At mars 30, 2006 11:10 AM, Anonymous blop said...

Que de la gueule !

Tu annonces que tu vas creer un nouvel indice (la longueur de la queue au MacDo) et on attend toujours le tableau avec tous les pays, les longueurs, un indice qui corrige en fonction de la temperature moyenne,...

Ah part ca, genial le cours d'economie.

Tu te souviens de ce betisier sur la longueur des queues en Pologne ? (merci google, je ne suis pas le seul http://www.wouarf.com/blogtk/index.php?2005/08/09/84-commerce-de-la-longue-queue-ou-hyper-grande-distribution )

 
At mars 30, 2006 11:20 AM, Anonymous Anonyme said...

Passionnant, comme d'habitude. Plus c'est long, mieux c'est ...

 
At mars 30, 2006 11:24 AM, Blogger Yenayer said...

Et pi .. c'est plein de mauvaise foi ce post. Associer McDo au CPE, alors que chez McDo 80% des emplois c'est des CDI. Je jure que c'est vrai, ils l'ont dit à la télé.
Sinon, il y a une question qui m'a toujours taraudé: Il mangent des Big Mac, les Big Boss de McDo ?

 
At mars 30, 2006 12:32 PM, Anonymous Said said...

Y'a aussi un calcul marrant à faire : en combien de temps un employé de Mac Do peut-il s'acheter le menu de base (genre Menu Big Mac), vu combien il est payé à l'heure et combien coûte ce menu dans son pays. En France, Smic et tout ça doit être de l'ordre de 40 min/1h (j'ai pas fait le calcul). En Lettonie, il y a deux ans, il fallait genre trois heures et demi pour gagner l'équivalent du même menu.
Youpi.

 
At mars 30, 2006 12:39 PM, Anonymous Tienlebo said...

Excellent, merci !

 
At mars 30, 2006 12:49 PM, Anonymous Fred Bird said...

excellent billet !

 
At mars 30, 2006 12:51 PM, Blogger Documenteuse said...

@Saïd> c'est un excellent indice...

 
At mars 30, 2006 1:55 PM, Anonymous pauline said...

Ca fait du bien de lire des choses comme ca!

 
At mars 30, 2006 1:57 PM, Anonymous Souplounite said...

Excellent article, drôle et pas con. J'y avais pensé en faisant la queue dans un MacDoc (juste au moment de m'énerver parce que ça faisais 15 minutes que j'attendais pour bouffer) mais pas au point d'en faire un indice. Merde, c'est fort. Je m'étais juste dit : "tiens finalement c'est pas plus mal qu'ils ne bossent pas comme des fous pour un salaire de misère. Par contre coté productivité c'est nul et c'est pas un fast-food, juste un food".

Je n'imaginais pas en revanche qu'on puisse faire autant de BigMac en si peu de temps. Pourtant j'ai bossé au MacDo. J'ai été viré au bout d'un mois parce que j'étais pas content de mes heures (je viens de comprendre pourquoi à te lire). J'étais fort à vider les poubelles par contre.

Je reviendrais.

 
At mars 30, 2006 2:52 PM, Anonymous Anonyme said...

Bien marrant ce post. Je vis en Irlande (système proche du Royaume Uni) et meme si je ne fréquente pas le MacDo je confirme que la notion de queue est toute relative dans les magasins. J'ajouterais meme que le client qui aurait la mauvaise idée de revasser se fait vite rappeler à l'ordre par un (ou plusieurs!) autoritaire(s) "Next!". En contrepartie, on a "la liberté" de se faire payer 7.65€ bruts de l'heure et la "flexibilité" merveilleuse révée par tous les Parisots du Monde.
Bon sinon, pour ceux qui pensent que l'économie est une science humaine comme les autres et qui peut donc etre utilisée au benefice ou au dépend de toute idéologie , je conseille de regarder les "nouveaux indicateurs richesse" (oui mon gars, va taper ca dans google ou exalead). C'est (un peu) plus compliqué que la longueur de queue du Mac Do, mais ca permet aussi de différencier les pays selon des critères plus objectifs que le PIB/hab.

 
At mars 30, 2006 4:04 PM, Anonymous BANZAI ! said...

J'voudrais pas dire, El Ryu, mais autant je suis totalement ton raisonnement, autant je n'en partage absolument pas la conclusion.

Ce n'est pas avec le CPE qu'on parviendra au résultat que tu exposes : c'est avec le CNE, qui est déjà bien en place... ou putôt, c'est avec le CNE qu'on l'aurait obtenu si les juristes du gouvernement avaient sû bosser et avaient sû rédiger un texte de loi opérable.

Par ailleurs, rien n'interdit d'obtenir tout ça avec des CDIs : le problème, ce sont aussi ces minables qui jouent au patron avec en guise de compétence un égo surdimentionné, des préjugés à pleurer sur les mecs d'allure peu catholique, et surtout, qui parlent la bouche plein de slogans creux exposant ces grandes idées qui sont tout l'horizon intellectuel des petits esprits.

Quoi de plus étonnant, dans un pays où les fonds de commerce s'achètent et se vendent, au bénéfice des héritiers et au détriment des entrepreneurs, quoi d'étonnant dans ce pays où ouvrir un commerce en ville nécessite tant d'autorisations administratives en mairies ou auprès des syndicats de professionnels (essayez, vous verrez), quoi d'étonnant dans ce pays où l'état consacre plus d'argent par tête aux vétérinaires chargés de veiller à la bonne santé des vaches qu'aux médecins en charge de la santé des enfants, quoi d'étonnant dans ce pays qui croit bon d'expliquer aux parents dans quelle école leurs enfants doivent aller, quels métiers pourraient leur convenir, quelles perspectives leur permettent leurs résultats scolaire, quelle place sera la leur en lycée technique, quels équipements octroyer pour contourner leurs handicaps, où peuvent ou non se construire, s'ouvrir, où se fermer les classes et les écoles, quelles matières sont porteuses, quelle est l'histoire du pays étranger dont on provient (que cette histoire soi_t ou non celle contée par les parents qui y vécurent), quel peuple et quel peuples appartiennent aux mêmes cultures (cas de l'algérie et de la kabylie, tous deux présentés comme sous-ensemble du monde arabo-musulman), et enfin, combien de mots de vocabulaire il faut apprendre par heure de cours de langue étrangère en 6ème.

Mais rassurons-nous : grâce à Ségolène, 6 mois de service civil obligatoire aideront les jeunes à prendre conscience de toutes ces évidences qui leur avaient échappé d'ici là.

 
At mars 30, 2006 4:27 PM, Anonymous Anonyme said...

Bravo, me suis bien marré :-)

Ceci dit, dans le genre, KFC fait bien pire : comment se débrouillent-ils pour être auss lents, ne jamais préparer assez de produits d'avance, et être même en rupture de stock 2 ou 3 heures avant la fermeture du magasin, alors que tout les ingrédients sont congelés?

Et si quelqu'un a une explication pour la sur-représentation évidente des Noirs chez KFC, que ce soit devant ou derrière les caisses, I'm puzzled...

 
At mars 30, 2006 6:29 PM, Anonymous Anonyme said...

Ben oui,

c'est ben vrai tout ça, mais pourquoi on ve chez Mac-Dominal ? Et cette odeur en entrant bien reconnaissable, et ce sentiment de fête forraine en entrant...On sait que c'est cher et pas bon, que cela ne remplit pas le ventre, on sait tous ça.
Mais qu'est-ce qui motive notre acte d'achat là ?? Quelle stratégie pour obtenir de nous ce geste compulsif ?

Mon dieu dans quoi on est tombé !!

J'ai bien rit merci merci merci

 
At mars 30, 2006 7:11 PM, Anonymous Anonyme said...

Très intéressant, cet article.
Mais je ne m'y retrouve pas.
Alors oui d'un côté je suis contre le CPE et tous les abus qu'il risque de générer.
Mais déjà il est assez étonnant de voir les réactions anti-CPE alors que le CNE est passé comme une lettre à la poste. Pour moi l'explication sur ce sujet est simple : les jeunes, non encore intégrés dans le "système", ont beaucoup plus de facilité à faire bouger les choses et à se mobiliser que tous ceux qui sont déjà dans le système économique actuel avec emploi, salaire et traites, et qui ont donc plus à perdre (et sont donc bien plus difficiles à mobiliser).

Mais pour en revenir à l'article.
Si comme beaucoup je ne mets quasiement jamais les pieds au McDo, il m'arrive assez régulièrement d'aller au Quick (étonnant d'ailleurs de voir comme sur ce genre de sujets il y a tout de suite une forte proporition de gens qui disent ne jamais aller manger dans un fast-food, mais vraiment ja-mais).
Eh bien tout ce qui a été décrit au départ (attentes, erreurs) est rigoureusement exact également.
Et moi franchement çà me gonfle. D'autant que le débat ne concerne pas que les fast food mais de nombreuses enseignes : les caisses au supermarché, les boutiques de fringues, les restaurants, c'est partout pareil, je ne souhaite pas que le client que je suis sois "roi" mais juste qu'il ne soit pas nécessaire de poireauter 107 ans pour avoir un renseignement auprès d'un vendeur, ou, crime plus grave encore, encaisser mes achats (que j'ai déjà choisi et sélectionné et amener jusqu'à la caisse tout seul comme un grand, je veux juste payer ensuite !).

Tout çà vient de la rentabilé à outrance qu'on veut mettre sur le dos des employés. Si l'aspect productivisme peut s'appliquer à l'industrie (çà reste à discuter !), c'est beaucoup plus malvenu dans le domaine de la vente et des services ... Mais actuellement patrons et managers ne veulent pas qu'un employé ayant un contact avec le public puisse perdre ne serait ce que 5 minutes de productivité, donc on met systématiquement, McDo comme ailleurs, le moins d'employés possibles. Et çà non seulement çà me saoule grave au jour le jour, mais en plus, çà serait pas mal pourtant qu'il y ait plus d'accueil un peu partout, çà ferait des emplois en plus, mon patron serait plus relax en venant au boulot parce qu'il n'aurait pas eu à poireauter 30 minutes pour rien à la banque parce qu'il y avait déjà du monde à 08h00 alors que lui, pourtant, c'est un patron et ils pourraient tout de même avoir un peu de diligence pour son rang, que diable, et moi j'arrêterais de me demander à chaque fois que je suis au Quick pourquoi je suis là alors que les files pas si longues que çà sont tout de même interminable, parce qu'au final, moi j'aime bien aller manger au Quick.

 
At mars 30, 2006 8:16 PM, Anonymous Anonyme said...

ça fait deux fois que je tombe sur ce blog, j'aime bien.
jf

 
At mars 30, 2006 8:42 PM, Anonymous Anonyme said...

L'idée est amusante, mais l'explication de l'attente française n'est pas celle que l'on croit. Plus prosaïquement, en France et seulement en France, il n'y a que très peu d'hamburgers faits en avance, ce qui fait qu'il n'y a pratiquement pas de perte sous la forme de steaks jetés à la poubelle. Le lissage des stocks, c'est la longueur de l'attente; en Scandinavie, la protection sociale est grande et l'attente est courte. Du coup, les McDo français sont parmi les plus rentables du monde, les dirigeants Américains se demandant simplement comment peut-on tolérer un service aussi détestable.

 
At mars 30, 2006 9:44 PM, Blogger ma-tvr said...

Après trois jour au McDo de la rue d'Orsel il y a 20 ans, ils ont commencé à m'apprendre à nettoyer la machine à milkshake. Commentaire d'un colègue : c'est bon pour toi ça, si tu nettoies la machine, tu peux faire les fermetures, et ça c'est la voie royale vers les promotions.
Bon, j'ai fait une semaine en tout ...
Une petite page d'histoire : il y a quelques dizaines d'années un Français se pointe chez McDo US pour négocier une licence d'exploitation en France. Gros éclats de rire des amerloques qui n'imaginent pas une seconde que leur concept puisse fonctionner au pays des cabas à poireaux et des camemberts bien faits. Ils lui accordent des conditions super favorables en terme de reversement du chiffre d'affaire et de droits pour utiliser la marque. Grands visionnaires les mecs, ça se met à marcher plutôt bien, et même plutôt très bien ...Et là, ils ont les boules. Moralité : procès pour récupérer tous les droits d'exploitation (sous couvert de prestations médiocres, non respect du Grand Guide McDo Qui Dit Comment On Doit Faire Ses Lacets), et c'est ainsi que le défunt Free Time était né ...(toutes les enseignes ont été remplacés en une journée).

 
At mars 31, 2006 1:06 AM, Anonymous Anonyme said...

Un petit complément au message précédent.

De mémoire (il faudrait fouiller un peu pour vérifier) il se disait à l'époque de ce procès que le français qui avait obtenu la licence pour une poignée de clous était l'architecte en charge du look des magasins de la chaine. Un poste assez près des étoiles, qui avait dû lui tourner un peu la tête et lui donner des idées de grandeur.

Bien inspiré, le garçon c'est fait remettre vite fait à sa place : certains actionnaires n'ont-ils pas apprécié qu'un esclave s'assoie à leur table ?

 
At mars 31, 2006 1:40 AM, Anonymous Actustragicus said...

@ anonymous du 30/03 à 19:16

La différence entre le CNE et le CPE, c'est que le premier semble ne concerner que "les autres" (car ceux qui ont déjà un emploi imaginent le conserver, et croient donc que le CNE ne sera jamais pour eux)... le sentiment de révolte reste pour eux à l'état d'intention (on ne se révolte vraiment que contre ce qui nous touche directement).
Alors que le second concernent potentiellement tous les jeunes, puisqu'ils n'ont pas encore de job... bref, psychologiquement, chaque jeune se voit avec un CPE ; alors que les plus de 26 ans pensent que le CNE, c'est pour les autres. Là est l'erreur stratégique de Villepin... Heureusement.

 
At mars 31, 2006 5:12 AM, Anonymous Mickjagger said...

wow wow, très bien raconté tout ça! La sociologie des fast-foods est un vaste sujet n'empêche.
Mais sinon, Italie, Allemagne ou Espagne, j'ai l'impression que c'est aussi lent dans ces 3 pays. Au Burger King (pas testé en Italie où il y'en a pas?) ils m'avaient l'air encore plus lent que chez MacDo (à cause des Whoppers "grillés"?! Mais au moins ils ont des recettes marrantes par exemple le "Hawaii" à l'ananas en Allemagne, enfin c'etait peut etre temporaire!

En France c'est assez crade parfois, très variable suivant les établissements, mais globalement beaucoup moins craignos qu'aux US où l'image est ultra-cheap et où on préfère Wendy's il me semble... Cela dit, ici MacDo fait des efforts au niveau de l'archi intérieure ces dernières années (plus moderne et confortable, cf le MacDo en face de l'arche de la Défense, moins cucul, avec coin "MacCafé" un peu plus humain vendant des "vraies" parts de gateau meme si c'est tjrs industriel). Le wifi est un truc qui marche fort aussi. Par contre les horribles sonneries -enfin minuteries- qui font "tiiiiiiit tiiiiiiit", ça c'est vraiment très présent en France et c'est insupportable pour celui qui est devant autant que pour celui qui est derrière le comptoir. Je pense que le fournisseur de minuteries epargnera quelques suicides d'employés s'il a la bonne idée de changer le son de cette torture auditive.
Pour se défouler dans les années 80, il y'avait un jeu vidéo nommé Burger Time je crois, où il fallait battre des records de productivité big-macquesues... un jeu maso quoi.

 
At mars 31, 2006 6:57 AM, Blogger el ryu said...

Je vois qu'il y a beaucoup de gens qui s'y connaissent encore plus que moi, je n'ai pas le temps en ce moment de lire tout vos commentaires, encore moins d'y répondre désolé!!!

 
At mars 31, 2006 10:38 AM, Anonymous Anonyme said...

pas mal l'article sauf qu'il y a plein d'erreur quant à la préparaton des big mac et aux caissières!
Pour les big mac sache que la cuisson des viandes met 3min exactement (1m30 de chaque coté)et le grill ne cuit pas des 2cotés en meme tps! Ensuite sache que sur ce meme grill on y prépare également les hamburgers et les cheese burgers. Tu me suis tjrs? Donc tes 1m45 sont un peu exagéré!

 
At mars 31, 2006 10:49 AM, Anonymous Anonyme said...

J'ai pas fini donc tu vois que tes données sont un peu erronées. Enfin concernant la cassière par rapport à l'encaissement de 3 commandes. Cela n'est pas possible car il faut dire comment le client règle. S'il dit en espèce puis dit qu'il veut payer en CB c'est mort! En plus les managers sont là pour nous surveiller! Après tu parles de sauvegarder la commande pourquoi pas mais les caissières sont très mal formées et ne savent pas que l'on peut remonter jusqu'à 10 commandes avant. Et en plus il y a une sorte de chrono sur les caisses pour savoir combien de temps tu mets à servir ton client. Tu avoueras que lorsque le responsable va voir 30secondes il va se poser des questions. Il est hors de question pour le petitresponsable de voir ses stat faussées!!!!
Voilà c'est à peu près tout. Une dernière chose quand tu fait des rush où tu sers les plus cons de la terre tu te dis je ne vais pas me presser car les bonjour merci au revoir certains clients ne connaissent pas. Mais bon c'est une conversation sans queue ni tete.
Si vous devez vous en prendre à qqn concernant lea rapidité c'est aux cuisto et non aux caissières car elles ne font que servir les sandwiches qui sont prets!!
Mais sinon l'artice pas mal!!!

 
At mars 31, 2006 11:44 AM, Anonymous Jules said...

Excellent billet El Ryu. Je n'en avais jamais appris autant sur la cuisine McDo.

Mais juste, je suis en total désaccord avec ta conclusion:
"Qu'est ce qu'on en a a foutre de toute façon ? On va allez jusqu'où dans la recherche éperdue de la plus grosse productivité possible, et pour faire quoi. Faire bouffer de la merde qui rend obèse jusqu'à ce que le mec il explose ?!"

Certes tout cela n'a peut-être pas de sens d'un point de vue strictement philosophique. Nous serions bien mieux sur l'agora en train de disserter sur le Beau, la vérité, l'art, etc.

Mais la réalité est plus prosaïque comme tu l'as bien démontré. Tout ce cirque (productivité, gains, etc) a pour but d'accroître la richesse. Et accroître la richesse c'est important, ce qu'on a souvent tendance à condamner. Car dans un pays qui ne parle que de "redistribution, solidarité, etc", il faut bien avoir en tête qu'une telle dimension a pour corollaire la création de richesse. Pour redistribuer de la richesse il faut avant tout créer de la richesse. Cela parait évident, mais il semble que nombreux sont les Français qui pensent re-distribution sans jamais penser à "création de richesse". Comme si la richesse était là, qu'elle volait au-dessus de nos têtes et que seuls quelques individus bien dôtés pouvaient mettre la main de dessus... Non, la richesse se crée. La preuve, tu le démontres avec talent dans ce texte sur Mcdo.

 
At mars 31, 2006 11:59 AM, Anonymous François Barvec said...

salut,
ça me rappelle la comparaison que me je faisais entre les queues dans une banque anglaise et les queues dans une banque française au début des années 90, c'était dans un petit bled non loin de Liverpool. Si dans la poste GB il y avait un début de queue, un employé ou un supérieur se ramenait du fond pour ouvrir un guichet le temps que ça se tasse...
mais, bon, peut-être que le principe même de comparaison est devenu trop explosif de nos jours
pour être toujours utilisé :o)

 
At mars 31, 2006 12:36 PM, Anonymous Anonyme said...

@ François Barvec:

L'attitude face à la clientèle est une simple question de doctrine de management :

- Soit on se considère en organisation productiviste, auquel cas, le fait de pouvoir se lever pour aller vers les client est le signe du fait qu'on est probablement sous-employé, donc, limogeable car excédentaire.

- Soit on se considère en organisation concurrentielle, auquel cas il est dangereux de ne pas se précipiter sur le premier client qui passe de peur d'être accusé de faire perdre des perspective de croissance externe à l'entreprise, et donc, d'être remplacé.

Vous remarquerez que dans le cas de la stratégie 1), il y a risque de destruction d'emploi, donc, préjudiciable à tous. Dans le cas de la 2) il y a simplement remplacement d'une personne par une autre à frais de fonctionnement constant. Un raisonnement de classe pousse donc assez naturellement vers la seconde stratégie. Un raisonnement hiérarchique pousse à la 1ère.

On notera que les managers n'ont guère d'incitations objectives pour l'une ou l'autre des stratégies alors que les subordonnés sont clairement incités à adopter à titre collectif la seconde attitude. On déduit donc parfois, à certaines conditions bien prévcises (ignorance économique avérée, par exemple, par le choix de stratégies économiques suboptimales annexes) le poids effectif de la hiérarchie dans une organisation.


Reste le client : celui qui va à Mc Do fait un choix, puisque ce amrché est très concurrentiel, mais ce choix ne se résume pas nécessairement à une stratégie produit.

 
At mars 31, 2006 2:18 PM, Anonymous Régis said...

Anonymous, qui bosse aux caisses dans un McDo nous a dit:
Pour les big mac sache que la cuisson des viandes met 3min exactement (1m30 de chaque coté)et le grill ne cuit pas des 2cotés en meme tps!
Euh non! Je neme souviens plus du temps de cuissons des viandes normales (pas royales) donc là-dessus je vais passer, mais pour la cuisson des 2 cotés!!! Faisons une petite expérience la prochaine fois que tu quittes ta caisse, passe par les cuisine ouvre un grill, mets ta main devant toi, bras tendu et avance. Attention c'est chaud ;)

voir http://www.exn.ca/dailyplanet/story.asp?id=2005042951 par ex.

Sinon excellent El Ryu comme d'habitude :)

 
At avril 01, 2006 6:59 PM, Anonymous Anonyme said...

MDR bravo,moi qui croyais avoir de l'humour j'ai encore beaucoup à apprendre,merci professeur---

RICHARD

 
At avril 02, 2006 8:57 AM, Blogger martinph said...

http://ocde.p4.siteinternet.com/publications/doifiles/012005061G006.xls
la productivité horaire en france est meilleur que en angleterre
la longueur de la queue au mac do est décidé , en moyenne par le manager. En france les clients choisissent leur resto en fonction du monde qu'il y a dedans et pour les fast food en fonction de la taille de la queue. ils se disent que plus il y a de queue, meilleur c'est .

 
At avril 02, 2006 12:19 PM, Blogger coco_des_bois said...

Excellent
moi qui ait bossé 3 mois en tant qu'étudiant dans un McDo fraichement ouvert, je retrouve bien l'ambiance !

En fait, il se trouve que curieusement, l'organisation àl'ouverture du "resto" était quasi identique à celle décrite en Angleterre, et basée sur le modèle du McDo de Montparnasse, modèle d'efficacité (en mon temps, maintenant, je sais pas, j'y fous plus les pieds). Super organisation, cuisine, vendeurs, préparateurs, le top du top... et puis au fil des semaines, ça se bordélise grave, les mecs en ont plus rien à foutre, plus personne ne court, en plus courir dans un macdo, faut être suicidaire, ça glisse à cause du gras et à cause de tes semelles de chaussures spéciales macdo, celles que tu mets que pour ça, paske de toute façon elles puent trop pour sortir dans la rue, les gens te balanceraient des cailloux... donc on ne court plus, on fait la gueule, on en a marre des trouducs qui râlent avant même d'avoir attendu et qui réclament, comme des mendiants (alors même qu'on se payait le luxe de nourir gratos un ou deux SDF sympas qui venaient nous voir tout gentiement en demandant un verre d'eau) ... enfin bref, en peu de temps c'est du gros n'importe quoi...

et pour en revenir au sujet, je suis entièrement d'accord avec toi, le CPE et ses amis ont pour but de faire accepter aux gens ce genre de sous-emploi de merde, parce que non seulement t'as un boulot pourri (parfois il dure plus longtemps qu'un taf d'étudiant) mais en plus t'as pas le droit de te planquer dans le "frigo positif" pour baffrer les cookies et et les tomates-cerises transgéniques... ouais j'ai déjà essayé de me planquer dans le frigo négatif pour grignotter un steak congelé, autant bosser, c'est nul.

ah ouais et je pense que le concept de richesse et de redistribution de la richesse, c'est de la grosse connerie... mais ça n'engage que moi et j'ai pas envie d'argumenter, ma pizza hut va refroidir (rien à battre, je l'ai attendue 21mn, j'ai eu un muffin transgénique gratos !)

 
At avril 03, 2006 12:08 PM, Anonymous Hugues said...

Le BigMac Index mesure la surévaluation / sous évaluation des monnaies par rapport au dollar, pas le niveau de vie dans les pays observés.

Mais pendant que j'y suis, que signifient les panneaux avec des numéros sur les présentoirs à hamburger ? Je comprends que ça a à voir avec le moment où il faudra les jeter mais quel est le principe s'ils ne s'agit pas de minutes ?

 
At avril 03, 2006 12:09 PM, Anonymous Anonyme said...

Je cite "Comparer le prix du Big-Mac dans différents pays permet de mesurer les écarts de niveaux de vie de manière plus parlante que le PIB"

C'est faux. L'indice, créé par the Economist, permet de quantifier le sur-évaluation ou la sous-évaluation d'une monnaie sur le marché des changes.
Pour faire simple : si 1 euro vaut 1,2 dollars, alors le big-mac en zone euro devrait valoir 1,2 fois le prix d'un big-mac aux EU. L'indice permet de faire apparaître les différences entre les fondamentaux d'une économie et son appréciation par les marchés financiers.
Il est très sujet à caution en raison de son simplisme, et The Economist l'a abandonné pendant quelques années avant de le reprendre récemment.
Le mieux est encore d'aller voir http://www.economist.com/markets/Bigmac/index.cfm

 
At avril 03, 2006 12:18 PM, Blogger el ryu said...

Merci pour toutes ces précisions.
J'affirme souvent des trucs dont je suis pas vraiment sur en fait, je compte toujours sur les comentaires pour retifier le tir, sinon tout ça manquerai sérieusement de réactivité.
Mais cherchez bien il reste encore plein de trucs déconnants dans ce post...

 
At avril 03, 2006 1:49 PM, Anonymous Anonyme said...

"C'est quoi le produit le plus mondialement mondial?"

C'est le coca...

Donc, tout à refaire! Tu connais l'indice "coca cola"? And so on...

 
At avril 03, 2006 3:12 PM, Anonymous Anonyme said...

Ca donne envie d'aller travailler !! ayant travailler a la caisse pendant quelques mois,fast food anglais et supermarche, ca me rappelle tout ce beau monde de "customers", de "next please",d'image marketing menteuse et etc. Donc merci... je m'y retrouve totalement,mes amis du staff et moi glandouillant en dehors des cameras qui surveillent le rythme de travail, la mobilite du personnel tout ca...
Dans ce systeme meme les braves customers sont esclaves de leur pauses de 30min,faut bien qu'ils mangent qqch aussi, "are the eggs pasteurized in the mayonnaise?" hi hi hi j'te jure.Ils sont fous ces bretons.
Le boulot ca craint. Faut pas travailler!!!si c'est pour faire ca en tt cas.

 
At avril 03, 2006 4:49 PM, Anonymous Anonyme said...

D'autant que le prix le plus bas du hamburger mc donald dans les pays de l'OCDE est détenu par la Suisse !
Donc fondamentalement, c'est un mauvais indice et non représentatif.

 
At avril 03, 2006 7:16 PM, Anonymous Agnès said...

J'ai vu dernièrement aux infos à la télé que McDo au Royaume Uni avait inventé le contrat partagé: "par exemple, mère fille, ou deux soeurs" on y voyait des titulaires de ces contrats qui expliquaient l'avantage de la flexibilité pour les exams, etc..! En plus c'est cool, ça permet certainement de les faire bosser tous les deux à Noël et pas du tout le mois suivant.

En Chine les queues sont longues, mais cela va assez vite quand même! Les employés sont assez sympa, il y a même un service en salle, "Allez vous asseoir on vous apporte le reste!"
Quand le gosses renversent d'emblée, ils remplacent. Par contre il y a carrément la queue aux toilettes! C'est le seul endroit où tu trouves des toilettes propres et où tu as de l'eau potable gratuite à une fontaine!

Moi je trouve ça pratique parce que c'est le seul endroit où je peux manger tranquille avec mes trois nains!

 
At avril 04, 2006 10:14 PM, Anonymous Anonyme said...

Je cite aussi "C'est faux. L'indice, créé par the Economist, permet de quantifier le sur-évaluation ou la sous-évaluation d'une monnaie sur le marché des changes."

Il faut quand même pas mal nuancer: le coût de la main d'oeuvre ne suis quand même pas autant que ça la valeur des devises. L'article de El Ryu est là pour l'illustrer.

Et puis Mc Do, ça fonctionne essentiellement par franchise. C'est Mc Do qui achète les locaux (les meilleurs emplacements en général), fait la pub, et refacture l'ensemble à celui qui exploite le resto (c'est énorme: dans les 30% du chiffre d'affaires, de mémoire). Ca laisse pas mal de levier à Mc Do pour sa politique de prix.

Et le gros du boulot d'un manager, ce n'est pas de "choisir" la taille de la file d'attente (qui est tout sauf un indice de qualité de la bouffe, personne n'est dupe à ce point -c'est gras et sâlé à point, mais ça reste de la merde), c'est de gérer les stocks aux heures de pointe (1 big mac va à la poubelle au bout de 10 mn).

Pour rester dans la scato-bouffe:
http://www.bap.propagande.org/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=1886

Sinon bravo El Ryu, toujours un vrai plaisir de te lire :)

 
At avril 06, 2006 2:06 PM, Anonymous Lola said...

J'ai tout lu et j'adhère ! De toute façon, je mange pas Mc DO (je blague !) ;-)

 
At avril 07, 2006 11:05 AM, Blogger FeeLfree said...

This comment has been removed because it linked to malicious content. Learn more.

 
At avril 24, 2006 9:01 AM, Anonymous Anonyme said...

peut être vrai pour Mac Do mais très réducteur pour les autres. Il est malheureusement très facile de critiquer et de mettre tout le monde dans le même pannier. Si tu avais poussé ta réflection jusqu'au bout tu aurais vu que les choses ne sont pas si simple. Mais si tu es si fort trouve des solutions.

 
At juin 01, 2006 5:52 AM, Anonymous Anonyme said...

Bonjour!
Désolé de casser l'ambiance, mais déjà les big mac ne se font pas en 15s mais bon passons. Et ce n'est pas la même personne qui fait les big mac et les nuggets! avant de parler de qqch, renseigne-toi et ce n'est pas parce que un prétendu manager ta di ca ke c vrai, car je le suis aussi


biz

 
At mai 27, 2008 7:27 PM, Blogger Les said...

La politique c'est du fast-food.

Les rockuptibles.

http://rockuptibles.wordpress.com

 

Enregistrer un commentaire

<< Home