dimanche, février 26, 2006

Grippe aviaire : Est ce qu'on va tous mourrir ?

(Attention, j'ai hésité à mettre en ligne ce texte que certains pourront juger très limite. Je conseille au personnes sensible vis à vis du sujet des maladies très contagieuses et mortelles d'éviter de le lire)

Il est permis de se poser la question. Un scientifique nommé Geune-Ssé Pluquomand, a émis l'hypothèse que la fin de l'humanité pourrait être causée en moins de deux par l'apparition d'un virus parfait.

Qu'est ce que c'est quoi un virus parfait ?

Le sujet avait été abordé dans "Alerte !", une gros navet avec Dustin Hofman. Un virus transmis par un singe manque de peut de contaminer la terre entière. Mais grâce à un super pilote d'hélicoptère l'humanité est sauvée. (Oscar du scénar le plus débile du siècle...)." 27 jours plus tard", film anglais sorti il y a deux ans abordait aussi le sujet. C'était sympa mais ça avait un côté trop film d'horreur qui m'a un peu déçu.

Chaque virus possède des points forts et des points faible. Le gros défaut pour l'instant de la grippe aviaire est la transmission. Tu le choppe en allant chercher les oeufs le matin dans le poulailler. Activitée fort sympathique mais peut pratiquée de nos jours par l'homo-modernus.
Par contre le fait que ce soit des volailles qui transmettent la maladie représente un avantage décisif par rapport à si c'était des escargots. Ce que tout le monde peut comprendre sans que j'ai à argumenter. En gros depuis le temps qu'ils en parlent de cette maladie et vu qu'on est pas encore tous mort, il y a au moins une chose évidente : ce n'est pas un virus parfait !

Le truc le plus flippant au niveaux virologie c'est la maladie incontrolable qui tue tout le monde très vite avant qu'on ai trouvé le vaccin ou le remède. Des scientifiques en allemagne en 1967 ont bien cru qu'ils assistaient en direct au phénomène. Une entreprise de produit pharmaceutique qui fabriquait je ne sais plus quoi avec un truc qu'on trouve que sur les singes importait des centaines d'exemplaires de l'animal chaque année. Dans le lot t'en a un qu'est arrivé avec un virus très sophistiqué. Le mec qui nourrissait les singes l'a pêcho, (c'est toujours le petit personnel qui prend) et s'est transformé ilico en tarte tatin. Enfin je vous donne l'unité de mesure : 1 ilico = une dizaine de jours. La dessus tout les mecs qui l'ont approché ont tout de suite attrapé la maladie. Et pourquoi on est pas tous mort à cette époque ? Trop faible mortalitée : 31 personnes contaminées, 7 décès. Terrible. Par contre les symptomes bonjour, quand je dit tarte tatin chuis sympa j'aurai pu dire crumble. T'as vu les photos d'Hiroshima ? Pareil.

Résumon. Super rapide à pecho, juste un contact avec un quelconque fluide corporel, des dommages effroyables, un mort très rapide, mais un trop faible pourcentage de réussite. Ca vous rappelle quelque chose n'est ce pas ? Et oui Ebola !

Là c'est presque le chez d'oeuvre. Sorti comme le virus de Malburg, dont je viens de parler, de la savane Affricaine (on a cru que c'était de la jungle mais il semblerait que se serait plutôt d'une zone entre les deux, un coin où y a un peut de jungle et un peut de savane mais tu t'en fou hein de tout ça ?) le virus Ebola est un implacable tueur. Jusqu'a 90 % de mortalité. Quand il apparait quelque part t'as plus qu'une solution ; tu mets le bled en quarantaine et tu te casses vite fait. Jusqu'à présent ça a toujours marché. Et pourquoi ? Parce que justement il fait trop bien son travail. Quand tu choppes le truc
ça se voit de suite, tu peux pas prendre ça pour quelque chose de passager (genre "Tiens c'est marrant ce rhume quand je tousse j'ai un bout de langue qui se barre à chaque fois?") ce qui fait que t'es vite repère. Parce qu'en plus c'est deux a trois semaine d'agonie pas plus. Remarque j'suis pas sur que les mecs en redemandent.

Ebola une fois qu'il a decimé un village en Afrique ( c'est toujours eux qui s'en prennent plein la geule c'est dingo) il retourne se planquer. On sait pas où il est. Il y a un porteur saint quelques part, un animal porteur du virus sans le syndrome tarte tatin, mais on sait pas qui. Les mecs ils sont tellement largués qu'ils se demandent si c'est pas une plante même. Parce qu'ils ont fait des test sur des tas d'espèces animales sans retrouver le virus.

Le principal défaut d'Ebola c'est qu'il tue trop vite. On peut très vite confiner le prôblème. Surtout le mec malade il est malade de suite. En deux jours. Il a pas le temps d'aller prendre l'avion, de refiler la maladie à la terre entière. Le mode de transmition est efficace, uniquement un contact avec les fluides corporelle de la personne infecté qui en plus n'arrète pas de se vider. Donc tu confines tout de suite les malades et tu prend un max de précautions. Mais ça pourrait être pire ! Et le pire existe ! C'est Ebola Reston !

Attend imagine, Ebola Reston c'est tout ce que je viens de décrire avant mais avec le mode de transmistion de la grippe ! Le microbe il se balade dans l'air ! J'te jure ! rien que tu parles avec quelqu'un tu le tue. Franchement ça fait flipper non ? Mais je te rassure de suite, celui là il n'est pas pathogène pour l'homme. Autrement dit on peux pas le pêcho c'est juste un truc que les singes peuvent se refiler qu'entre eux. Et on va pas être jaloux.

Alors évidemment il y a une chose que tout le monde sait maintenant avec le sida c'est qu'un virus ça mute. Saloperie! Mais parait quand même que pour que l'Ebola mute de manière à ce que son mode de transmition change au point de devenir transmissible comme l'Ebola Reston c'est assez compliqué et ça a peut de chance d'arriver. Il faut que la particule de transmition devienne suffisemment légère pour résister à l'attraction terrestre et ainsi voler dans les airs comme la fée clochette. Aucune chance nous disent les spécialistes. Pas plus que de gagner à l'Euro Million. Je vous rappelle quand même, et ceci afin de conserver toute l'attention du lecteur qui va finir par se cramper le doigt sur la roulette de la souris, qu'ils nous avaient dit ça aussi pour le prion de la vache folle qui pouvait pas passer à l'homme, impossible, jusqu'a ce qu'ils découvrent qu'une protéine pouvait, entre autres fonctions, transmettre une maladie. C'est ça la science, un truc est faux jusqu'a ce qu'il soit vrai. Dure métier.

Continuons sur les caractéristiques de notre virus parfait. L'efficacité en terme de mortalité d'Ebola sont pas mal, la durée de la maladie aussi, le mode de transmition de la grippe en prime et là hop on a déjà quelque chose de complètement fatal pour l'espèce humaine.

Maintenant il peut y avoir des variantes. Imaginons comment rendre le truc encore plus subtil. Parmi toutes le horreurs apparues ces dernières décennies je pense qu'il y a un consensus autour du SIDA. Et quel est la particularité vraiment vicelarde de cette maladie ? La durée de l'incubation. C'est à dire le fait qu'une personne est contaminée sans le savoir. Pas de syndromes apparent, et ça peut durer des années. Et pendant toutes ces années tu peux en contaminer des gens. Le mode de transmition est vicieux mais permet à des gens prudent et bien informés d'éviter la maladie.

Et oui il pourrait y avoir pire que le sida. Immagine un virus qui tue à la vitesse d'Ebola, deux à trois semaines, qui se propage comme la grippe, je te fait pas un dessin, et une période d'incubation type Sida, plusieurs années. Le virus il sort de la jungle, se transmet à un mec qui reste en bonne santé apparente. Il va au village du coin et boit un coup au café. Il croise un chauffeur livreur qui est en chemin pour la capitale. Ils échangent quelques mots. Le routier sympa est contaminé à son tour, livre ses colis dans une entreprise ou un cadre commercial choppe la maladie avant d'aller prendre l'avion pour un pays voisin. Ca peut durer longtemp puisque personnes sait qu'il est malade. Même pas lui. En un tour de main, quelques semaines tout au plus, l'ensemble de la population mondiale de la terre entière est contaminée sans le savoir. Avec les moyens de transport qu'on a et les échanges du à la mondialisation c'est facile à imaginer. Et un jour paf, peut être des années plus tard, la maladie commence à se déclarer, trop tard pour trouver un remède, l'intégralité de la population humaine de la planète disparait. Même Dustin Hofman il peut rien faire. Même pas le temps de voir la fin de la dernière saison de 24 heures. On saurait même pas si oui ou non on est tous seul dans l'univers. Ni même si finalement on aurait pu trouver un truc qui empêche vraiment la calvitie. Je veux dire un truc vraiment efficace, pas le bidule qui coûte une fortune, qu'est tout poisseux, qui faut appliquer en massant plusieurs fois par jour, qui te fait avoir les cheveux gras et qu'au bout de 6 mois tu sais même pas ce que ça donne vraiment.

Pourquoi je te parle de tous ça ? Disons que je ne cesse d'être étonné par la fragilité de notre existence, son absurdité. Les dinosaures qui dominaient cette planète il y a un paquets d'années se sont tout fait zigouiller par une météorite qui statistiquement avait une chance sur des millions pour tomber sur la terre à cette époque là. Cela à permis aux petits mamifères de se développer jusqu'à donner les hommes et femmes que nous sommes aujourd'hui. On est arrivé sur un coup de bol et on peut très bien tous finir connement aussi. Ces maladies complexes représentent un sacré coup du sort tout de même.

Gros respect pour tout ces scientifiques qui ont étudiés très longtemps et qui travaillent chaque jour très dur pour nous éviter de subir les conséquences de ces saloperies qui atteignent toujours plus durement les populations les plus pauvres de la planète.


...

9 Comments:

At mars 01, 2006 12:35 PM, Anonymous Thibaud said...

Tout ceci est bien pessimiste mais pas forcément infondé.

Par contre une chose: a mon avi aucun virus ne peut détruir l'humanité entière, pour la simple raison qu'il y aura toujours une fraction de la population qui sera immunisée contre le virus ( tu dis bien que l'ebola fait 90% de morts ce n'est pas 100% ) .

Bon c'est vrai que s'il ne reste plus que 10% des hommes c'est pas très cool non plus.

Mais pour un cas comme tu le décrit, je pense que les moyens financiers pour trouver un remède seront infiniment supérieur, tout la population ne mourra pas d'un coup vu qu'il y a tout de même un temp pour ue le virus se propage ...

En gros il faut rester un petit peu optimiste ... :)

 
At mars 01, 2006 2:14 PM, Anonymous Le Monolecte said...

Autre détail, aucun virus n'a intérêt à zigouiller son espèce substrat... sinon il se tue lui-même.
On a décidément souvent des visions connexes des choses.

 
At mars 01, 2006 5:28 PM, Anonymous Grouf said...

Oui madame Agnès, sauf que le virus est lui aussi soumis aux dures lois de l'évolution. Il peut très bien zigouiller le genre humain et disparaître (parce qu'il est un peu con quand même), mauvais virus donc, ouais, mais bon, pas de bol quand même...

 
At mars 01, 2006 5:42 PM, Anonymous Sextus said...

Il y a plus de 6.000.000.000 de génomes humains sur Terre, le diable si dans le tas il n'y en a pas de résistants. De plus pour mémoire, lorsque les Européens ont débarqué en Amérique, ce n'est pas un mais une batterie de nouveaux virus qu'ont dû affronter les amérindiens. Or il y en a encore (même sur la côte Est) et c'est certainement pas grâce aux petits soins dont ils ont fait l'objet durant des siècles.

Autre détail, aucun virus n'a intérêt à zigouiller son espèce substrat... sinon il se tue lui-même.

Pas sûr d'un autre côté qu'un virus puisse tenir ce genre de raisonnement... le virus vit plus certainement sa vie de virus sans trop se poser de questions, comme du reste plein d'espèces...

Et puis pour conclure, je vous inviterai simplement à contempler la Lune : pas de vie, pas même un acide aminé et aucune chance de jamais en avoir si on se base sur les théories en vigueur. Vous trouvez qu'elle se porte plus mal que la Terre, sincèrement ? Soit l'univers un DVD, la vie même n'est pas le film, à peine un bonus sur la face B.

Peace.

 
At mars 01, 2006 6:00 PM, Blogger el ryu said...

oh elle me plait l'alégorie du dvd!!
C'est vrai qu'on se suit sur beaucoup de sujets ma chère Monolecte. Tu noteras cependant une certaine différence de traitement. Ca ressemble à la version scientifique de mon "sketche".

 
At mars 02, 2006 7:50 PM, Anonymous Sextus said...

oh elle me plait l'alégorie du dvd!!

Oui, mais elle est à moi et rien qu'à moi... le génie du talent, c'est pas la cuisse de jupiter qui le sort de l'eau chaude ! Un petit rappel du copyright, donc :

Copyright, right, left, right © 2006 Sextus
Tous droits engeôlés. Vous êtes autorisé à apprécier cette oeuvre uniquement avec le lobe pariétal gauche de votre cerveau personnel, l'emploi des autres lobes étant soumis à autorisation de l'auteur. En cas d'infraction vous serez jugé, à n'en pas douter condamné, puis roué, épluché, bouilli, décapité, débité en petits morceaux, haché, carbonisé et pilé. En sus, votre descendance sera sur 77 générations redevable d'une indemnité s'élevant à 777.777.777,77€ (ou toute monnaie ayant cours d'ici 77 générations) et devra jusqu'au remboursement total de la dette débuter chaque journée en implorant 77 fois le pardon de l'auteur avec force larmes et prosternations.

À titre exceptionnel toutefois, votre blog étant très sympatique à l'auteur, vous êtes dispensé des prosternations.

[certaines clauses sont certes un poil abusives par rapport à nos lois arriérées mais déjà parfaitement en conformité avec le DADVSI v.77 de dans 20ans (pas moyen qu'on me fasse le coup de la non-retro-activité, ah mais non ! toute manière c'est ça ou la fin de la créativité allégorismique)...]

 
At mars 10, 2006 7:56 PM, Anonymous Anonyme said...

Si, il existe un virus qui peut détruire l'humanité. Le virus de la planète Terre. Celui qui a sondé partout où il a pu pour trouver son âme. Celui qui est capable de créer des armes de destruction massive pour éradiquer son prochain.
l'homme, virus insignifiant qui se targue de maîtriser la nature. Virus tellement futile, que notre mère la Terre dans un de ses sursauts pourrait nous balayer de son dos en un rien de temps. Seul de l'espèce animal qui n'a pas été foutu de s'adapter à son environnement. Et le pire de l'espèce humaine, le blanc, dont j'en fais parti, seul capable de se croire de la race supérieure et de se permettre toutes les exactions possibles envers autrui, au nom d'idéaux fallacieux.
Balayer l'homme de la planète, Dieu disparaîtra avec lui

 
At mars 16, 2006 12:58 AM, Anonymous abns said...

> Thibaud : Par contre une chose: a mon avi aucun virus ne peut détruir l'humanité entière [...] Bon c'est vrai que s'il ne reste plus que 10% des hommes c'est pas très cool non plus.

Ben c'est surtout que si le virus fait 90% de morts, ce n'est pas 10% de la population qu'il reste, mais au mieux 1%...

Imagine, au hasard, Paris demain, avec 90% de cadavres et 10 de vivants.
Sur les 10% de vivants, tu peux rayer tous les enfants pas encore en age de se débrouiller seuls, zou, morts en quelques heures/jours en attendant desesperement que leurs parents se réveillent.

Idem pour les vieillards alités, les malades, les infirmes, etc.

Reste, disons, 8% du total.
Bien sur les gens, égoistes qu'ils sont, sont morts qui en laissant le rata sur le feu, qui en grelottant sous sa couverture chauffante, bref, les incendies se déclenchent un peu partout, et vu que les pompiers se retrouvent à 2 par caserne (et qu'ils ont autre chose à foutre), que les rues sont remplies de cadavres, et que de toute façon tout le circuit d'alimentation en eau/electricité commence à connaître de sacrées ratées puisque plus personne ne s'en occupe, personne ne peux éteindre quoi que ce soit.
Hum, soyons larges, disons que 4% de la population totale arrive à évacuer la ville avant de rotir.

Passons rapidement, considérons qu'ils arrivent à survivre quelques jours/semaines en pillant les supermarchés qui n'ont pas encore cramés (ou qui n'ont pas été pillé avant).
Une fois le stock de bouteilles d'eau vidé, qu'est-ce que qu'ils boivent ces gens là ? L'eau de la Seine ?
Et puis à la première apendicite, crise cardiaque, mauvaise fracture, grosse coupure qui s'infecte, zou, c'est la mort assurée, les hopitaux sont fermés, et à moins d'avoir vraiment beaucoup de chance, pas de médecin à l'horizon.
Et encore, la crise cardiaque, c'est pas mal. Parce que l'odeur bizarre, là, c'est les cadavres de 98% de la population (oui, on vient encore d'en perdre 2% morts d'intoxications alimentaires, de chute bête, massacrés par un type qui a pété les plombs, ou mort des accidents pré-cités).
Et là, le léger tremblement qui vous prend, oui, c'est le choléra, la peste ou tout autre joyeuseté que vous voulez bien imaginer, parce que ces bestioles, ça adore les pays encombrés de cadavres. En fait, je crois même me rappeler avoir lu quelque part qu'à partir de 30% de morts subites dans une communauté, il y aura plus de morts ultérieurs liés aux maladies véhiculées par les cadavres que de décès par la cause initiale.

Bref, on se retrouve avec 0,5% de la population encore debout.
300 000 habitants en France.
En moyenne, un peu moins de 10 habitants par commune.
Quelle espérance de vie ? Pas longue, entre les maladies, les accidents, la lutte pour la dernière voiture au reservoir plein, pour le contrôle de l'armurerie du poste de police ou la dernière bouteille d'eau du magasin, les incendies qui ravagent les villes et les forêts (oui, dans l'histoire on s'en est bien débrouillé, mais à l'époque on n'avait pas des conduites de gaz qui courraient un peu partout sur le territoire, des dépots de carburants tous les 50 kilomètres et des pompes à essence à chaque patelin), ...

Si 20 ans plus tard, il reste 1 million d'hommes sur Terre, c'est un bon chiffre. Le problème, c'est qu'il faut encore qu'ils se retrouvent : beaucoup de groupes de survivants disparaitront pour cause de masse critique non atteinte. Pas de femmes (ou pas d'hommes) capables de procréer dans le groupe, et c'est fini. Mais même pour un groupe capable d'avoir des enfants, encore faut-il pouvoir en assurer la protection pendant des années, et de toute façon une grande partie de la connaissance de l'environnement disparaitra : plus personne ne saura réparer les rares machines qui fonctionneront encore, et peu de monde déjà aujourd'hui sait comment planter un champ de blé...
Rajoutons qu'on considère, selon les especes, qu'une communauté de moins de 200 à 2000 individus peut être considérée comme éteinte, faute de diversité génétique suffisante pour assurer la survie à long terme, et il y a de fortes chances qu'un siècle plus tard, l'humanité en soit à peu près au stade de "nos ancêtres les gaulois".

Certes, c'est pas la fin du monde.
Mais de notre point de vue de "civilisés", ça y ressemble un peu beaucoup quand même !

Ahhhh, quand même, ça fait du bien ces idées optimistes, entre deux discussions sur DADVSI ou le CPE :-)

 
At mars 18, 2006 3:57 PM, Anonymous Anonyme said...

mother fuck

 

Enregistrer un commentaire

<< Home