vendredi, décembre 09, 2005

Le pire quand t'as honte, c'est d'en avoir honte.



Le côté fascinant du débat sur les côtés positifs de la colonisation c'est l'aspect honte nationale.
Selon certain il faudrait cesser d'avoir honte de son passé et surtout d'avoir honte d'être français.
C'est un peu à cour d'argument qu'on te sort ce genre de conneries.

"Arrêtez de me faire chier avec tous ces sujets embarrassants, on a tué, violé, dépouillé, spolié, déporté, brûlé, torturé des millions de gens mais le truc que serait grave aujourd'hui c'est d'en avoir honte !"

J' t' jure, même que des types sont payés pour l'écrire dans les journaux. Quand je lis le Télégramme de Brest j'ai l'impression d'être dans les années 30. Le concept de "fierté nationale" fait un peut partie de l'attirail d' arguments à la con de la pensée basique française avec le fameux "paranoïaque de la théorie du complot "qu'on te sert un peut près sur tous les sujets économiques et politiques, qui tiens la corde avec le "T'as rien d'autre à proposer" champion toute catégorie des sujets sociaux et enfin , le plus classe, qui s'adapte à tous les sujets, que l'on te sort comme le truc tellement intelligent qu'il n'y a plus rien à dire après, j'ai nommé le "Mais kesqueuuté politically correct putain!". Je te promet, tu parts débattre avec ça t'es tranquille. Face à n'importe qui sur n'importe quel sujet tu t'en sort.

Je pensais naïvement que tout ça c'était réglé surtout depuis ces histoires sur la torture en Algérie qui ont fait la une de l'actualité à l'occasion de la sorti du livre d' Aussaresses. Mais non. Il y en a toujours un qui la ramène là dessus je sais pas pourquoi.

Le pire, et là une fois de plus je suis sur le cul, les 2/3 de l'opinion publique française sont d'accord avec cet amendement qui demande aux professeurs d'écoles de souligner le côté positif de la colonisation. J'aurai du m'en douter remarque. Des fois tu discute avec un mec pour lesquels t'as une certaine estime et tu découvres au détour d'une conversation sur un sujet un peut chaud que dans sa tête ça va pas bien du tout. Moi ça m'arrive souvent justement en ce qui concerne la colonisation. Et là tu comprend d'ailleurs pourquoi il est si difficile de faire évoluer les gens sur d'autres sujets comme l'aspect néo colonial de l'exploitation économique des pays du sud aujourd'hui. Mais en fait ça remet trop de chose en question.

Ca interroge sur le passé de notre pays mais aussi sur la nature de notre richesse d'aujourd'hui. Et là il y a un reflexe courant, on se forge une bonne conscience.

Je me souviens de cette discussion avec un Algérien, récemment installé en France, au plus fort de la guerre civile qui sévissait dans son pays. Il s'indignait des massacre de villageois, où des nouveaux nés avaient été coupés en deux, des femmes enceintes éventrées, enfin bref tous les petits détails qui rendent les guerres attachantes, et m'affirmait que les mecs qui faisaient ça, ils venaient de l'étranger. Parce que des algériens, c'était pas possible. Un Algérien il ferait jamais un truc pareil.

Je sais pas ce qui m'a pris mais j'ai pas pu m'empêcher de lui dire : "Et pourquoi ils feraient pas un truc pareil ? Les Algériens ils sont pas meilleurs que les autres." Ca lui a un peut coupé la chique. Il est resté me regarder, et comme c'était un mec pas trop con, il m'a pas foutu son poing sur la gueule. De toute façon il savait que j'avais raison. Cette idée d'assasins qui venaient de l'étranger c'était peut-être un peu vrai, pourquoi pas, mais dans le fond c'était plus une explication pathétique. En Algérie ils se racontaient cette histoire là entre eux parce que c'était la seule manière d'expliquer l'inexplicable. Vis à vis des étrangers, c'était aussi un moyen d'éviter la honte de faire partie d'une nation d'assassins indignes. On est presque dans le négationnisme. Personne n'y échappe. Nous non plus.

En fait c'est normal que cette affaire de loi qui ré écrit l'histoire arrive aujourd'hui. C'est justement parce-que l'on commence a en parler beaucoup que des gens se sentent le besoin de protéger une sorte de mémoire à la con de la grandeur de la France ou je ne sais quelle autre connerie. C'est une habitue. Et il faudrait commémorer Austerlitz parce que les Anglais eux ils se sont pas génés pour fêter Trafalgar rien que pour nous foutre les boules. Pour une fois qu'on gagne une bataille merde !

On a massacré des millions de gens ( 1 million en Algérie entre les années 1830 et 1850 à l'époque de la conquête du pays qu'occupait une population de 20 millions de personnes) mais comme on en a baptisé plein aussi ça compte pas. On leur a appris à se laver les mains avant d'aller à table et comme ils parlaient pas le français on le leur a enseigné. Maintenant ils peuvent regarder TF1, ils comprennent tout.

En fait si tu réfléchis, la différence entre ce qu'ont fait les Allemands en France entre 1940 et 1944 et les militaires Français dans nos colonies, c'est quasi pareil. Même je crois qu'au niveaux torture on était encore meilleurs. La preuve, c'est aux militaires français (notamment Aussaresses d'ailleurs) que se sont adressé les dictatures sud-Américaines des années 60 et 70 pour former les bourreaux de leurs polices alors qu'ils avaient pleins d'anciens nazis à leur disposition en Argentine. Tiens voilà une bonne occasion d'être fier de son pays. Qu'on ne m'accuse pas d'être un mauvais français.

Alors la torture c'est pareil, il y a toujours un type pour te dire : "Ouais mais on le savait ça c'est bon... C'est plus la peine d'en parler ! Et puis les mecs en face ils coupaient les couilles des soldats français et ils les leur mettait dans la bouche !" Vous l'avez surement entendu celle la n'est ce pas ? Faite le test, dans une assemblée d'une dizaine de personne il y aura toujours un mec pour la sortir . D'ailleurs je sais pas pourquoi. Visiblement ça a marqué toute une génération. Réflexe bien masculin et surtout hétéro en fait. Le mâle de base, militaire de surcroît, ne peut pas s'imaginer avec ses couilles dans la bouche ! Bon qu'on les lui coupe déjà c'est pas cool mais qu'il soit obligé de se sucer alors là c'est dégueu ! Visiblement c'est le crime indépassable. Alors un petit peut de gégène à côté...

Vous connaissez ce mot. "gégène". C'est mignon non ? On dirait un peu le diminutif de Gérard au féminin. C'est un peu comme une grosse plaisanterie. Le coussin péteur à côté c'est vicieux. Et où c'est qu'on la branche la gégène ? Dans les couilles ! Et hop, ça fait trop rigoler. Une histoire de pipi caca j'vous dis ! Rien de plus.

Bon dans les faits c'est allé bien plus loin. "Salo et les 120 journées de sodomes" de Pasolini doit déjà être plus proche de la réalité. Tout le monde devrait avoir vu ce film au moins une fois. D'abord parce que c'est un chef d'oeuvre cinématographiquement parlant et ensuite parce que le réalisateur est un peut mort à cause de ça. Un peu comme Théo Van Gogh aujourd'hui. Mais je disgresse. Non les formes que peuvent prendre la torture sont infinies et l'imagination de l'homme à ce niveaux reste exceptionnelle comparé à celle de l'animal. Quand il s'agit de faire parler quelqu'un, ou juste de lui faire du mal pour le plaisir, ceux qui est plus souvent le cas, il faut imaginer des trucs vraiment atroces. Comme violer une fille sous les yeux de son père, ou sa femme, ou son fils, ou les trois en même temps et puis les couper en petit morceaux à la fin. Même en Bolivie, dans les années 70, ils ont fait manger un ragoût à un opposant politique en prison en lui faisant croire que c'était du boeuf. Le type il avait pas mangé de viande depuis longtemps il était tout content. C'était son fils. Et en plus c'était trop salé. Il s'est suicidé juste après. Je sais pas si c'est vrai. Mais le pire c'est que c'est plausible partant du principe que si j'étais bourreaux je serai fier d'y avoir pensé.

On peut tous avoir profondément honte de tous nos ancêtres. Et même des ancêtres des autres. Je veux même bien avoir honte d'avance pour ceux qui viendront nous remplacer et qui feront peut-être encore plus de conneries que nous.

Parce que je ne vois pas pourquoi il faudrait avoir honte d'avoir honte ! La honte est un sentiment noble. Sans la honte tous les jours je serai garé sur les places handicapés. Y a des mecs qui cumulent. Genre ils se garent sur une place handicapé avec un gros 4X4 et en plus portent un pull noué autour des épaules et des lunettes de soleil qui leur retiennent leurs cheveux permanentés. Avec un peut de honte on ferait moins de conneries c'est sur.

...

6 Comments:

At décembre 09, 2005 2:35 PM, Blogger eldrakan said...

le mec que tu cites à la fin a surement une gourmette en or ;)

(cela dit, belle réflexion)

 
At décembre 13, 2005 9:17 AM, Anonymous Hanna Stasi said...

Il y a eu pire, en Algérie ! Certains se sont retrouivés avec une paire de couilles qui ne leur appartenait pas dans la bouche !!!!

Mais ça, on n'en parle jamais !!!

 
At décembre 13, 2005 11:49 AM, Blogger el ryu said...

Non pas possible je peux pas croire ça !
Et il le faisaient exprès ou ils étaient juste un peut bordélique ?

 
At février 07, 2006 12:18 PM, Anonymous Anonyme said...

Ok, la honte c'est bien, mais quand t'as des raisons d'avoir honte. En l'occurence, personne n'est responsable de ses ancêtres. Sur les personnes qui ont eu un rôle actif (bourreau ou victime) dans la colonisation, combien sont encore en vie ?
Qu'un blanc, potentiellement descendant de colon, ait honte de ce qu'ont pu faire ses ancêtres, je ne suis pas d'accord. (Mais qu'il le réprouve, oui.)
Qu'une personne de couleur, descendante de colonisés, ressente de la haine face aux blancs de maintenant, au nom de la souffrance de ses ancêtres, je ne suis pas d'accord.
Il faut d'urgence réinvestir le présent ! Et maintenant, comment vivons-nous, tous ensemble ?

Etre fier de son pays (donc de ses compatriotes) n'a aucun sens, en avoir honte non plus. Contentons-nous d'être fier ou honteux de notre propre personne, et ce sera déjà bien.

 
At juillet 12, 2006 10:54 AM, Blogger Guillaume de BASKERVILLE said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At juillet 12, 2006 10:56 AM, Blogger Guillaume de BASKERVILLE said...

Intéressante réflexion... Même s'il y a AUSSI une part de vrai dans le commentaire précédent ("on ne peut pas vivre éternellement dans la honte"), il n'en demeure pas moins vrai qu'on peut remplacer la honte par une "conscience éclairée" et un désir de compréhension et surtout d'information à l'égard des nouvelles génération, ce qui bien sûr n'a rien à voir avec l'oubli ou pire encore le déni ou même le renversement de la réalité...

J'ai retrouvé dans pas mal de situations que vous décrivez des expériences et des observations personnelles, parfois pour des sujets différents. Pour info je suis l'auteur des sites sur le NAIRU (que vous avez repris sur votre blog: http://lenairu.blogspot.com
et
http://lenairu.free.fr
ainsi que http://linflation.free.fr
et un tout nouveau site encore en projet sur la souffrance -et son déni!- dans le monde du travail actuel: http://tripallium.free.fr ).

Et ces situations de bricolage d'une réalité qui ne peut se dire et s'accepter comme telle est bien présente dans cette "affaire du chômage de masse" qui correspond bien à un sacrifice sociétal délibéré autant méconnu que non reconnu.

Sur les mécanismes psychologiques qui amènent les individus que nous sommes à bricoler ainsi les réalités inavouables et inconfortables, jetez un oeil sur la théorie de la "dissonnance cognitive" de Léon Festinger (vous trouverez plein de choses sur internet...).

Merci à vous.
Guillaume de Baskerville

 

Enregistrer un commentaire

<< Home